ÉTUDIANTS CATHOLIQUES À TOULOUSE

Les signe du temps

La liturgie utilise toute une palette de couleurs. Ce sont des signaux qui nous permettent au premier coup d’œil de nous situer : aujourd’hui nous fêtons un martyr, ou c’est l’avent, ou encore c’est le temps ordinaire...

Vert Couleur de l'espérance et de la croissance, le vert est aussi symbole de calme et de paix. C’est l’ordinaire des jours du chrétien : aimer et faire circuler l’amour. Un temps ordinaire qui l’est par l’extraordinaire de l’Évangile. C’est la couleur naturelle de la liturgie et de la prière qui travaille le monde et le transforme en commençant par le cœur des croyants eux-mêmes. 

Blanc 

Le blanc est la couleur de Dieu : pureté sans tâche. C’est aussi la couleur des baptisés qui portent l’habit blanc. Dans l'antiquité, le blanc est aussi la couleur de la liberté. Porter l'habit blanc pour un baptisé manifeste cette liberté que Dieu donne à celui qui le reconnaît. Enfin, le blanc est aussi la couleur de la fête. C’est une couleur de lumière qui tout en illuminant exprime aussi une certaine simplicité.

On se sert du blanc dans l'Église romaine, aux fêtes de notre Seigneur Jésus-Christ comme Noël, Pâques, la solennité du Sacré-Cœur et aux fêtes de la Vierge Marie, de la Toussaint, des anges, ainsi qu'à celles des Pontifes, Docteurs, Confesseurs, Vierges et en général de tous les saints et saintes qui ont exprimé leur foi sans donner leur vie par le martyre et donc le sang versé.

Or

L'or peut être utilisé particulièrement pour les deux sommets liturgiques de l’année : Pâques et Noël en remplacement du blanc pour manifester davantage la lumière venant de Dieu.

Rouge

Couleur de force et même de fougue, le rouge, par son éclat, rappelle fortement la puissance du feu et de l’amour et, par sa couleur, le sang. Le rouge exprime quelque chose d’une passion, peut-être aussi d’un certain danger. Le rouge est aussi la couleur de l’amour, du courage, du don de soi jusqu’au don du sang comme celui des martyrs qui, à la suite du Seigneur lui-même, révèlent "qu’il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux que l'on aime" (Jn 15, 13).

Cette couleur éclatante est utilisée principalement aux fêtes des Martyrs (y compris celles des Apôtres) mais aussi du Saint Esprit (à la Pentecôte ou aux messes votives à l’Esprit). Le rouge est encore utilisé le Dimanche des Rameaux, le vendredi Saint ainsi que pour l'élection du souverain pontife.

Violet

Le violet est la couleur de l'attente de la rencontre avec le Christ. C'est le cas des temps de l’avent et du carême qui précèdent les fêtes de Pâques et de Noël.

Le violet est utilisé aussi pour le sacrement de la réconciliation, qui restaure l’homme par l’amour de Jésus Christ. Il est également utilisé au moment des funérailles chrétiennes pour dire le passage du baptisé auprès de Dieu.

Rose

Le violet éclairci… Il manifeste la douceur et en même temps l’impatience pour la fête que le violet prépare. Le rose est utilisé deux jours par an : le dimanche de « gaudete » (troisième dimanche de l’avent) et le dimanche de « laetare » (quatrième dimanche de carême)

source : croire.com

Temps d'attente de la venue du Christ

Le mot "Avent" vient du latin "adventus" qui veut dire arrivée, venue. Par ce mot, l’Église désigne le temps pendant lequel les chrétiens attendent la venue du Christ qui est fêtée à Noël. L’Avent débute quatre dimanches avant Noël. C’est un temps de préparation marqué par la symbolique de l'attente et du désir.

source : croire.com

Jours saints où l'on fait mémoire de la mort et de la résurrection

La Semaine Sainte désigne la semaine qui va du dimanche des Rameaux – où débute la Passion de Jésus – à la vigile pascale de la nuit de Pâques (du samedi au dimanche) – où l'on fait mémoire de la résurrection de Jésus. Chaque jour de cette semaine, surtout les trois derniers appelés triduum, a une coloration particulière.

source : croire.com

Temps de jeûne pour préparer la fête de Pâques

Le Carême est la période de 40 jours qui précède le jour de Pâques. C’est un temps de jeûne et de conversion qui prépare à la grande fête de la résurrection de Jésus, événement central du christianisme. Il commence le Mercredi des Cendres et s’achève au jour de Pâques.

source : croire.com

Naissance de Jésus, Fils de Dieu.

Pour les chrétiens, la fête de Noël (du latin natalis, "naissance", "nativité") célèbre la naissance de Jésus, Fils de Dieu, le Sauveur attendu, annoncé par les prophètes. Jésus veut dire en hébreu "Dieu sauve". Ce nom même révèle son identité et sa mission : sauver les hommes et les conduire vers le Père. La naissance de Jésus est le cœur de ce qu'on appelle le "mystère de l'Incarnation" : "Au temps établi par Dieu, le Fils unique du Père, la Parole éternelle, s'est incarné : sans perdre la nature divine, Il a assumé la nature humaine". Le Credo - également appelé « Je crois en Dieu » - récité au cours de chaque messe dominicale, résume ainsi cet événement : « Pour nous les hommes et pour notre salut, Il descendit du ciel. Par l'Esprit Saint, Il a pris chair de la Vierge Marie et s'est fait homme ».

source : croire.com

La résurrection du Christ

La Pâque est d'abord une fête juive qui commémore le miracle de la libération du peuple juif, sorti d'Égypte en traversant la Mer Rouge à pied sec. La fête de Pâques chrétienne, tout en rappelant cet événement, célèbre le passage de la mort à la vie de Jésus, crucifié. On célèbre Pâques le dimanche qui suit la pleine lune de printemps.

source : croire.com

Copyright © 2014 La Pastorale Étudiante de Toulouse - Tous droits réservés - Conception graphique espritCréateur.COMM' & développement Nexteo Interactive