ÉTUDIANTS CATHOLIQUES À TOULOUSE

Catéchuménat

C’est la situation des jeunes et des adultes qui se préparent au baptême. C’est le temps de "l’Initiation chrétienne".

Une personne devient chrétienne et membre de l'Eglise par la réception des trois sacrements dits "sacrements d'initiation" : le baptême, la confirmation et l'eucharistie. Cette initiation suppose différents seuils de préparation, de formation et de célébrations liturgiques et d'accompagnement. Les adultes qui se préparent aux sacrements de l'initiation s'appellent catéchumènes. Mot d’origine grecque, il signifie "celui qui écoute" car il se met a l’écoute de la parole de Dieu et de l’Église. La personne qui reçoit ces sacrements est ainsi introduite dans la vie de Dieu : Père, Fils et Saint-Esprit.

source : lexique du site des évêques de france

 

Le sacrement de notre salut

La Sainte Eucharistie est le sacrement par lequel Jésus Christ livre pour nous son corps et son sang, par lequel il se donne lui-même, afin que nous aussi nous donnions à lui par amour et que nous nous unissions à lui dans la sainte communion. Par elle, nous sommes liés au seul Corps du Christ, l’Église. C’est le Christ lui même qui préside toute célébration eucharistique. L’évêque et le prêtre le représentent. Il est aussi mystérieusement mais réellement présent en son corps et son sang sous les espèces du pain et du vin. La messe est la source et le sommet de la liturgie. Communier m’unit plus profondément au Christ, et fait de moi un membre vivant du Corps du Christ.

(Youcat n°208-216-217)

Un ami du Christ

Un chrétien est une personne comme les autres, ton voisin ou n’importe quelle personne que tu rencontres. Sa seule spécificité : avoir rencontré une personne particulière, Jésus-Christ. Celui qui devient chrétien, est le même qu’avant mais différemment. Comme la personne qui tombe amoureuse, son quotidien reste le même, mais habité, guidé, poussé par une flamme nouvelle, pleine d’espérance et de Joie. Celle du Christ est éternelle, immense. Le chrétien a décidé de faire confiance à Jésus car il l’a reconnu comme étant Dieu, mort et ressuscité par Amour pour sauver chacun de nous. C’est un formidable témoignage d’amour et de pardon, une promesse de bonheur sur terre et pour la vie éternelle, pour qui le souhaite. Chercheur de Vérité et de Bonheur, le chrétien cherche dès lors à vivre chaque instant avec le Christ, car il a reconnu l’amour qui élève. Il souhaite partager cet amour avec les autres, en être le témoin.

Le catholique appartient à l’Église catholique car Jésus a appelé Pierre à bâtir cette Église afin qu’elle guide l’homme vers le bonheur et la vérité. Depuis, elle s’attèle, avec l’aide de l’Esprit Saint, à suivre sa Bonne Nouvelle.

Le pain et le vin, Corps et sang du Christ

« Fidèle à l’exemple du Christ, l’Église a toujours employé le pain et le vin avec de l’eau pour célébrer le banquet du Seigneur. » (PGMR n°281). Lors de la Cène, il est très probable que Jésus ait rompu, conformément à la liturgie juive de la Pâque, du pain azyme (c’est-à-dire sans levain). C’est pourquoi l’Eglise latine utilise du pain azyme pour célébrer l’Eucharistie du Christ notre Pâque (cf 1 Cor 5,7-8). « Le vin de la célébration eucharistique doit provenir du fruit de la vigne » (PGMR n°284). Au pain de la nécessité et du labeur s’adjoint le vin de l’allégresse et de la fête. Le vin qui réjouit le coeur de l’homme (Ps 140,15) et figure la « sobre ébriété de l’Esprit » (cf Actes 2,13). Ce vin, signe de joie messianique, dont Jésus lui-même dit le Jeudi Saint qu’il le boira nouveau dans le Royaume de son Père (Mt 26,29). « Venez, mangez de mon pain, buvez du vin que j’ai préparé ! » (Proverbes 9,1-5). C’est ainsi que la Sagesse harangue les passants. A chaque messe Jésus, Sagesse incarnée, est le Grand-Prêtre selon l’ordre de Melchisédech qui offre pain et vin au Très-Haut (cf Gn 14,18). Il est notre Grand Panetier et Grand Échanson qui sert pour nous le repas de notre salut plus délectable que tous les festins de Pharaon (cf Genèse 40).

Source : catholique.org

L'eau

" Personne, à moins de naître de l'eau et de l'Esprit, ne peut entrer dans le Royaume des cieux " Jean 3, 1-8

Être baptisé, c'est être plongé dans l'amour de Dieu. Il faut plonger dans l'eau pour ensuite renaître à la vie. L'eau renvoie à la promesse de Jésus de donner une "eau vive" qui comble la soif de l'homme pour toujours. L'eau renvoie enfin à la victoire du Christ sur le mal et la mort. L'eau, en effet, symbolise aussi les forces du mal (la mer déchaînée, les eaux du déluge...). Jésus les a traversées par sa résurrection, nouvelle et définitive libération. Dans son combat, il a aussi vaincu celui que l'Église appelle "l'auteur du mal" et que la Bible nomme le tentateur, le diviseur (ou diabolos en grec : diable, ou Satan).

La lumière

" Éveille-toi, toi qui dors, lève-toi d'entre les morts et sur toi le Christ resplendira " Paul aux Ephésiens 5,8-14

Le Christ a dit qu'il était la lumière. Il s'agit désormais de vivre dans sa lumière ! Mais aussi d'être une lumière pour les autres, une lumière fragile comme une flamme peut-être, mais rayonnante comme une braise qui crépite.

Le Saint-Chrême

Le célébrant répand cette huile parfumée. Saint Paul explique que les chrétiens doivent respirer la "bonne odeur du Christ". Le nom Christ vient du même mot que saint-chrême. Le Christ a reçu l'onction de Dieu, il est le messie, le "sauveur" attendu.

Source : Croire.com

Communier est un acte de foi et d'amour

"Jésus prit les pains, il rendit grâce et les distribua..." Jean 6, 11

La communion est le moment par excellence de la rencontre avec Jésus. Je ne m’avance pas pour faire comme tout le monde. Communier, c'est se mettre en marche avec l'Église pour vivre nourri de la présence de Jésus. Communier est un acte de foi et d'amour auquel je suis libre de répondre. C’est pourquoi l’Église demande de n'avoir rien consommé, sauf de l'eau, dans l'heure qui précède la communion. (Une exception est faite pour les malades.)

"Seigneur je ne suis pas digne de te recevoir mais dis seulement une parole et je serai guéri". Il n'est pas nécessaire d'être parfait pour communier. Dieu pardonne nos péchés et nous demande de pardonner à notre frère. Mais cela ne nous empêche pas de découvrir la grâce du sacrement de réconciliation !

Celui qui donne la communion, présente l'hostie et dit "le corps du Christ". Celui qui communie répond "Amen", ce qui veut dire "croire" en hébreu. On peut aussi communier au sang du Christ en buvant à la coupe, mais elle n'est pas systématique pour des raisons pratiques. L’Église demande un minimum d'une communion par an, pour Pâques. On peut communier à chaque messe à laquelle on assiste. Mais en général, on ne communie qu'une fois par jour.

Une personne qui n'a pas la possibilité d'aller à la messe, malade ou empêchée pour des raisons graves, peut communier à domicile. Pendant la messe, le prêtre remet des hosties à des personnes chargées ensuite de les porter aux malades. Le prêtre peut également apporter la communion.

On parle des "sept dons de l'Esprit" qu'on reçoit lors de la confirmation : don de sagesse, d'intelligence, de conseil, de force, de connaissance, d'affection filiale et de crainte de Dieu.

  • La sagesse : pour discerner ce que Dieu attend de nous et avoir le désir de la sagesse de Dieu qui est amour infini.
  • L'intelligence : pour nous aider à approfondir et à comprendre la Parole de Dieu, bien sûr par notre intelligence, mais davantage par le coeur.
  • Le conseil : c'est se mettre à l'écoute de Dieu pour se laisser guider par lui. Il faut accepter dans la prière les "conseils" de Dieu, afin de discerner ce qui est bien et ce qui est mal.
  • La force : pour rester fidèles à l’Évangile et pour oser témoigner du Christ aux autres.
  • La connaissance : pour nous aider à mieux saisir le vrai sens de la vie, pour nous-mêmes et pour les autres.
  • L'affection filiale : c'est aimer Dieu comme un enfant ; ce don est aussi appelé "crainte" de Dieu. Ce n'est pas en avoir peur, mais c'est se rendre compte que nous devons toujours l'aimer de plus en plus.
  • La crainte de Dieu : il ne s'agit pas d'une quelconque terreur. Il s'agit d'une juste distance à vivre pour s'ajuster à Dieu. Abandonner toute idée de "toute puissance" personnelle pour entrer dans l'humilité libérante de l’Évangile

Tous ces dons sont étroitement liés les uns aux autres.

source : croire.com

 

Map paroisse

Audio : David

{mp3}David{/mp3}

Contact Caté.

like

Audio : Noémie

{mp3}Noemie{/mp3}

Audio : Gabrielle

{mp3}Gabrielle{/mp3}

Copyright © 2014 La Pastorale Étudiante de Toulouse - Tous droits réservés - Conception graphique espritCréateur.COMM' & développement Nexteo Interactive