ÉTUDIANTS CATHOLIQUES À TOULOUSE

 

Jéri'Coloc, quelques trucs et astuces pour lancer votre vie de fraternité

>> pour mener son temps de prière
>> pour faire son chapitre
>> pour vivre une saine fraternité


 

>> Pour mener son temps de prière

Pour organiser vos temps de prières, voici quelques propositions : à vous de créer et d'adapter à votre Jéri'Coloc!

Voilà différentes propositions de styles de prière

* l'office des lectures ou office des heures
qui pourra être agrémenté d'un chant ou deux... Carnet de chants de la Pasto ...

* la prière du jour de la Communauté de Taizé
accompagnée de chants : http://www.taize.fr

* les lectures du jour 
ou également sur Iphone, pour n'avoir aucune excuse d'oublier

 

Un déroulé possible de votre prière ... qui peut-être modelé à votre guise :
- un chant d'entrée qui peut être une invocation à l'Esprit Saint
- demande de pardon ou Je Confesse à Dieu Tout Puissant
- une lecture
- un échange sur la lecture sur les mots qui vous ont marqués et qui vous parlent particulièrement
- intercession - intentions de prière
- un Notre Père
- un chant de sortie qui peut être consacré à la Vierge

Au cours de l'année, vous pouvez aussi décider d'accueillir l'icône des vocations et faire votre prière de fraternité avec elle.


 

>> Pour mener son temps de chapitre ou de relecture de vie

Le principe du temps de chapitre de vivre un temps de partage en vérité, le temps de se dire les choses en gardant toujours en tête 2 principes :
 - la charité
 - le respect du frère avec le désir de le voir grandir

Pourquoi un temps de chapitre?
C'est un temps de régulation de la vie communautaire, où chacun peut s'exprimer sur sa semaine passée et semaine à venir
Tout ce qui se dit au cours du chapitre reste dans le cadre de la fraternité et ne fait pas l'objet de commentaires spontanés.

Que dire lors de ces temps de chapitre ou d'entre-aide fraternelle?

Il est important de préparer ce temps de partage pour qu'il aille à l'essentiel.

Le chapitre est le lieu pour

  • Faire passer une info dont les aspects matériels de l'appart
  • Remercier
  • Demander la prière des frères et sœurs pour soi
  • Confier une intention de prière
  • Demander pardon

La règle lors de ces rencontres :
L'écoute, la simplicité, la franchise, la discrétion, le pardon et l'humilité.
et
la CHARITE


 

FAQ JERI'COLOCS :

Quelle méthode ou grandes questions pour préparer le chapitre, sous le regard de Dieu?
Pas de méthode, mais la charité préside. On peut se rappeler l'épisode de l'évangile où Jésus corrige une femme adultère sans la juger, mais en lui offrant le pardon, l'amour qui remet debout ou invite à la conversion.

Faut-il préparer ce temps de chapitre?
Oui, Il est important de préparer ce temps de partage pour qu'il aille à l'essentiel.

On peut avoir en tête tout au long de sa semaine, les questions suivantes, en vue de l'échange lors du chapitre :
Quels sont les éléments marquants de votre semaine? Ceux de la semaine à venir?
Vie fraternelle : est-ce qu'il a des points de la vie fraternelle qui sont plus délicats à vivre (bruits, charité, ménage...) ou que vous avez bien vécus cette semaine ?
Devoir d'état : comment se passe vos études ?
L'évangélisation : est ce que j'ai eu cette semaine une attention particulière à l'annonce du Christ ?
Vie spirituelle : comment la vie de la fraternité vous fait grandir ? qu'est ce qui vous a fait avancé cette semaine ou qu'est ce qui vous ralentit ? Est qu'une parole de la Bible vous a marqué cette semaine?


Ces questions nous aideront à être plus attentifs dans la relecture de notre vie, au fur et à mesure de vos journées.
L'offertoire de la messe dominicale peut être un bon moment pour préparer ce chapitre et le remettre en Dieu.

 

Comment vivre ce temps de chapitre?

La règle lors de ces rencontres, c'est :
L'écoute, la simplicité, la franchise, la discrétion, le pardon et l'humilité.

Ça se passe toujours bien, dès lors qu'il y a amour et vérité, qu'on ose dire ce qui ne va pas en toute simplicité et qu'on essaie chacun de le reconnaître, de se reconnaître responsable.

Tout ce qui se dit au cours du chapitre reste dans le cadre de la fraternité.

Les interventions sont variables : demande de pardon pour avoir oublié de faire son ménage, pour sa mauvaise humeur ou son manque de disponibilité, etc. En principe, chacun explique les raisons de ses fautes. Il arrive que l'un ou l'autre demande la prière du groupe afin de surmonter une épreuve ou de dépasser telle faiblesse.

On pourra intervenir en soulevant un point positif et un point négatif qui nous aurons davantage marqué pendant la semaine.

Aimer l'autre, c'est être vrai dans ses paroles :

- Avoir la simplicité de dire à l'autre ce qui va bien, ce qui est positif.
Dire ce qui est positif chez l'autre, ce n'est pas le flatter mais être en vérité avec lui pour lui permettre de grandir. Dieu, lui, voit toujours le meilleur en chacun de nous et Il sait nous le dire...

- Avoir la simplicité de dire ce qui ne va pas avec la délicatesse du cœur qui saura trouver le moment pour dire les choses et la manière de le dire.
Certaines vérités pèsent lourd sur le moment mais il est important de les dire et finalement nos relations y gagnent, deviennent plus saines.
Les réactions à chaud ne sont pas toujours les plus justes et l'humour est un bon allié pour «corriger» son frère. On peut se demander aussi, si, lorsque j'ai l'intention de faire un reproche à l'autre, je le fais parce que je veux absolument « vider mon sac » et lui dire ses 4 vérités ou bien si c'est bien parce que je sais que c'est bon pour lui qu'il entende maintenant ce que j'ai à lui dire.

Il est important, lorsque l'on vit en communauté, de ne pas laisser traîner les petites rancunes, les blessures même si elles paraissent insignifiantes car tout ce qui n'est pas exprimé rejaillira à un moment ou à un autre, à des moments inopportuns et souvent de manière démesurée.

- Aimer l'autre, c'est refuser de l'enfermer dans l'image qu'il donne de lui-même (le fanfaron, le grand timide, le renfrogné...) . C'est ne pas cultiver « l'étiquette » de mon prochain pour l'aider à être plus libre d'évoluer, de changer.

- Parler en « je » :
Exprimer ce que je ressens au lieu de reprocher ou d'accuser l'autre. Permettre à l'autre de comprendre ce qu'il engendre par son attitude, ses paroles chez moi.
La relation à l'autre s'apprend, elle n'est pas figée mais se construit petit à petit, l'expérience de vie en fraternité est une merveilleuse et exigeante occasion d'avancer sur ce chemin...


 

>> Pour une saine fraternité ou une fraternité réussie

« Ils se montraient assidus à l'enseignement des apôtres, fidèles à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières...Jour après jour, d'un seul cœur, ils fréquentaient assidument le temple et rompaient le pain dans leur maison, prenant leur nourriture avec allégresse et simplicité de cœur. Ils louaient Dieu et avaient la faveur de tout le peuple. »

Etat d'esprit de chaque membre de la Jéri'Coloc :
• une volonté résolue de suivre le Christ et de le mettre au cœur de sa vie
• une ouverture à la diversité de l'Eglise et à son enseignement
• un amour pour l'Eglise et une bienveillance pour chacun de ses membres
• un désir de vivre la charité dans l'acceptation des différences d'ordre social, culturel, politique...
• une volonté de comprendre l'autre, de l'écouter, de le recevoir comme un frère dans le Christ
• la volonté de prendre du temps les uns pour les autres dans un esprit de partage
• le désir de dépasser l'endurcissement du cœur pour aller jusqu'au pardon
• le désir d'accueillir la fraternité comme un lieu de correction fraternelle*, d'édification mutuelle et de stimulation à la sainteté

La vie en Jéri'coloc comme un chemin de foi
Elle invite chacun à s'engager pendant ses études dans un véritable cheminement de foi qui intègre :
• une vie sacramentelle régulière
• une vie de prière, visant à développer une intimité avec Dieu
• une formation chrétienne, afin d'approfondir la connaissance du Christ et de son Eglise
• un accompagnement spirituel régulier

 

L'Amour fraternel : est-ce naturel ?
« Que votre amour soit sans hypocrisie. Fuyez le mal avec horreur, attachez-vous au bien.
Soyez unis les uns aux autres par l'affection fraternelle, rivalisez de respect les uns pour les autres.
Ne brisez pas l'élan de votre générosité, mais laissez jaillir l'Esprit ;Soyez les serviteurs du Seigneur. » Romains 12,9-11

La force d'une communauté, c'est qu'elle permet de rendre concret l'amour de Dieu pour chacun d'entre nous. "On reconnaîtra que vous êtes mes disciples à l'amour que vous aurez les uns pour les autres."

L'amour fraternel est loin du sentiment, de l'émotion, du feeling, de ce que l'on ressent pour son prochain ; il nécessite la volonté déterminée d'aimer et donc quelques efforts.

L'amour fraternel trouve sa source et aussi son renouvellement dans le cœur de Dieu, dans la prière et se concrétise ensuite par une volonté déterminée d'aimer, par des actes, des paroles, des pardons donnés et reçus.

Aimer l'autre, c'est être résolument attentif à ses besoins : qu'est-ce qu'il aime, qu'est-ce qui le rend heureux ? De quoi l'autre a-t-il besoin maintenant (que je le laisse tranquille ? que je m'intéresse à sa journée, ses projets en lui posant des questions ?) A-t-il besoin que je lui manifeste mon attention plutôt par des actes, des services rendus ou plutôt par des mots, des paroles ou encore par du temps gratuit passé ensemble, une activité commune ?

Dans une communauté de vie, il est important que chacun ait le désir profond de connaître l'autre, de le comprendre pour mieux l'aimer, pour réussir à comprendre la manière dont il fonctionne. Il faut trouver la manière unique dont chacun a besoin d'être aimé !

Aimer amène donc à se décentrer de soi-même.

L'amour est la condition sine qua non d'une fraternité durable afin d'être capable de surpasser les différences, donner et demander des pardons et de repartir ensemble.

 

Un accompagnateur de colocation est fortement conseillé

Un accompagnateur n'est pas obligatoirement d'un accompagnateur comme on l'entend au sens spirituel mais un tiers qui vous aidera à avoir un regard extérieur pour relire ce que vous vivez et vous aider en cas de différends au sein de la colocation. Il vous aidera à maintenir une certaine régularité dans votre vie de prière et vous aidera à relire votre vie de frat.

Si vous avez déjà des engagements et rendez des services ensemble, vous pouvez demander auprès du groupe que vous servez quelqu'un qui en échange vous accompagne.

Photos Jeri'colocs

  • alpha.jpg
  • jeri.jpg
  • jericoloc-1.jpg
  • jericoloc-2.jpg
  • jericoloc-3.jpg
  • Proprios.jpg

Contact Jeri'colocs

facebook like

Copyright © 2014 La Pastorale Étudiante de Toulouse - Tous droits réservés - Conception graphique espritCréateur.COMM' & développement Nexteo Interactive