ÉTUDIANTS CATHOLIQUES À TOULOUSE

Savez-vous quel est le point commun entre la Belgique, la Bulgarie, l’Angola, la Bolivie, l’Andorre et Haïti ? Et bien ces six pays ont la même devise : « L’union fait la force ».

Derrière ce dicton qu’on utilise parfois de manière un peu trop superficielle se cache en fait une vérité très profonde inscrite dans la vie de l’être humain depuis toujours! Une réalité bien décrite par Esope, un auteur du VIII ème siècle avant Jésus Christ : « Autant l’union fait la force, autant la discorde expose à une prompte défaite ».

Il n’y a qu’à voir dans notre vie quotidienne cette défaite sinon les troubles que cause la division, dans nos familles quand il y a la division entre parents, entre frères et sœurs, dans les relations amicales et amoureuses quand il y a des séparations…

Mais regardons aussi ces séparations et ces tiraillements en nous-mêmes. Quand par exemple mon esprit me pousse à travailler à cause des partiels tandis que mon corps me pousse à dormir à cause de la fatigue des cours ou de la dernière soirée… Tiraillement parfois à l’intérieur de son esprit : « est ce que je reste seul à Toulouse le week-end du 3 et 4 février en train de déprimer ou bien est ce que je pars avec la paroisse étudiante à Lille pour passer un magnifique moment avec des milliers d’étudiants catho ? »

Etrange sensation d’être tiraillé qui se transforme parfois en sentiment tenace où la vie semble ne plus être là. Sentiment d’être dispersé et de ne pas être soi. Sentiment de goûter un peu à la mort, expérience douloureuse de séparation…

Face à de telles répercutions liées à la séparation, tentons d’imaginer celles liées à la division des chrétiens ! Quel désarroi ! Quel scandale !

Qu’avons nous fait du testament du Christ « Que tous soient UN pour que le monde croit » ?

Catholiques, protestants, orthodoxes, nous avons mis des divisions là où Dieu a mis l’unité et donc la vie ! Nous nous sommes laissés embarqués dans une œuvre diabolique ! Oui, diabolique ! Car cela veut dire en grec « diviser, désunir, détruire ».

Or, ne savons nous pas que justement l’œuvre de Dieu, son miracle, c’est de nous avoir mis ensemble !

En grec, le terme pour dire « mettre ensemble », c’est le mot symbole ! Ce qui nous met ensemble, nous les chrétiens, c’est ce qu’on appelle le symbole de la foi ! C’est ce texte qui vient des premiers siècles et que nous disons chaque dimanche ensemble après avoir écouté la Parole de Dieu, comme si en nous levant on voulait dire ensemble oui à Dieu ! Comme si en nous levant on voulait dire d’une seule voix « voilà ce qui est vraiment important, voilà ce qui nous élève et nous relève, ce qui donne sens et espérance à la vie, voilà ce qui donne le courage de nous engager : Jésus, lui le Fils de Dieu, lumière, né de la lumière, est venu vivre avec nous dans nos obscurités parce qu’il nous a tant aimés qu’il en est mort pour nous, amour si puissant qu’il est ressuscité ! Voilà ce en quoi je crois, ce en quoi je veux croire! Croire en une vie plus forte que tout et offerte à tous ceux qui veulent bien ouvrir leur cœur.

Ce symbole de la foi qui nous maintient ensemble dans l’unité de l’amour de Dieu nous voulons vous le transmettre, vous qui avez été appelé par Dieu et qui demandez le sacrement de la confirmation.

On dit souvent que le symbole, c’est comme si on remettait ensemble deux morceaux d’une poterie cassée. Quels sont alors ces deux morceaux ?

Le premier, c’est notre vie avec ce qu’il y a de brisé et d’incomplet sans cesse à la recherche d’unité et de plénitude.

Le deuxième morceau, c’est la vie de Dieu, le corps brisé du Christ qui étend ses bras sur la croix pour rassembler tous les enfants de Dieu dispersés ! Dans le corps brisé de son fils sur la croix, c’est Dieu qui nous attend et qui se tourne vers chacun de nos désirs d’unité et de plénitude !

Oui « les temps sont accomplis, c'est-à-dire le temps est rempli de la présence de Dieu, alors convertissez vous, tournez vous vers lui, croyez à cette Bonne Nouvelle »

Dans cette Eucharistie elle aussi remplie de la présence de Dieu, nous recevons la sainte communion, celle qui donne dans le temps unité et vie, au cœur même de la séparation du corps et du sang du Christ.

Alors prions pour l’unité des chrétiens, pour l’unité de la foi entre chrétiens pour que le monde croie !

Prions le Christ, lui qui arrive toujours à recoller les morceaux, qu’il nous rassemble dans l’unité avec lui, entre nous et en nous !

Parce que l’union fait la force, bien plus parce que dans son unité, dans notre unité, il y a la vie, la vie qui ne finit pas. Amen

Père Arnaud Franc

Copyright © 2014 La Pastorale Étudiante de Toulouse - Tous droits réservés - Conception graphique espritCréateur.COMM' & développement Nexteo Interactive