ÉTUDIANTS CATHOLIQUES À TOULOUSE

C’est donc officiel ! Nous ne dirons plus « ne nous soumets pas à la tentation » mais « ne nous laisse pas entrer en tentation ». Une nouvelle formule dont nous pouvons nous réjouir puisqu’elle ne nous laisse plus entrer dans la tentation de croire que Dieu pourrait nous vouloir du mal en nous soumettant à la tentation !

Nous pouvons nous en réjouir car elle fait écho à une autre parole du Christ dans l’Evangile qui consonne bien avec ce que nous venons d’entendre en ce premier dimanche de l’Avent ! « Veillez et priez pour ne pas entrer en tentation ! » Or, vous le savez, les trois apôtres à qui Jésus a dit cette parole la veille de sa mort n’ont pas eu la force de prier et se sont endormis. Pourquoi ? Sûrement parce qu’ils ont eu peur ! Nous croyons bien souvent que la peur nous maintient éveillés, mais c’est faux, c’est un mensonge qu’elle voudrait nous faire croire. La peur nous endort et nous fait entrer dans la tentation que Dieu n’est plus avec nous…

« Où la peur nous conduit-elle ? vous demandait le Pape François lors de la veillée des JMJ à Cracovie. À la fermeture. Et lorsque la peur se terre dans la fermeture, elle est toujours accompagnée de sa ‘‘sœur jumelle’’, la paralysie… Sûrement, pour beaucoup il est plus facile et avantageux d’avoir des jeunes étourdis et abrutis ; pour beaucoup, cela est plus convenable que d’avoir des jeunes éveillés, désireux de répondre, de répondre au rêve de Dieu et à toutes les aspirations du cœur. Vous, je vous le demande : voulez-vous être des jeunes endormis, étourdis, abrutis ? Voulez-vous que d’autres décident de l’avenir pour vous ? Voulez-vous être libres ? Voulez-vous être éveillés ? Voulez-vous lutter pour votre avenir ?

Ces questions, ce n’est pas le Pape qui vous les pose aujourd’hui, ni même votre curé, c’est le Christ ! Parce que vous êtes tentés à longueur de journée et de soirées, tentés de ne plus veiller et ne vous laisser endormir par des tas de choses qui pourraient vous faire croire qu’elles sont là pour vous aider à vous tenir éveillés alors qu’en réalité elles vous maintiennent en veille. Plus elles vous étreignent, plus elles vous éteignent. Je ne pense pas seulement à l’alcool qui a priori permet de rester éveillés mais qui finit à la longue par rendre abrutis et qui malheureusement parfois se finit pour pas mal de jeunes par une mort vraiment abrutie… Non, je pense surtout à internet qui a priori permet de rester connectés sur la vie du monde et de nos proches mais qui finit à la longue par installer en nous des virus qui nous endorment, nous étourdissent et nous abrutissent…

Ne nous trompons pas ! Ce sont les peurs qui nous referment sur nous-mêmes et qui finissent pas nous endormir. Et bien ce sont ces peurs-là dont nous avons bien souvent honte, que nous voulons parfois noyer dans l’alcool et qui nous poussent toujours à nous perdre sur internet ou ailleurs, ce sont ces peurs-là dont Dieu vient nous libérer.

Oui, Dieu vient pour nous en libérer de l’intérieur ! C’est le sens de l’Avent ! Il vient « le soir ou à minuit », c'est-à-dire dans ces nuits où nous plongent nos peurs, dans ce mystérieux et profond sommeil dont on a du mal à se réveiller. Pendant ce temps de l’Avent où nous voulons nous préparer à accueillir, lors de la messe de minuit, le prince de la paix, interrogeons nous : quelles sont mes peurs les plus cachées qui m’empêchent d’être pleinement éveillé, pleinement en vie ? Peurs liées à mon passé, à mon quotidien, à mes études, à ce que je ressens et éprouve en moi, peurs de mes sentiments, de mes passions, peurs de mes peurs, peur de mon avenir, peur de l’inconnu, de l’étranger, peur de Dieu ?

Si Dieu peut venir dans la nuit de mes peurs, il semble qu’il peut aussi venir « au chant du coq », c'est-à-dire à l’heure du péché, rappelez vous c’est l’heure où Pierre a renié le Christ mais où le Christ n’a pas renié Pierre !

Mais Dieu peut venir « le matin », c'est-à-dire au commencement de chaque jour qu’il fait et qu’il nous donne comme une promesse du Royaume des Cieux, comme un appel à sortir de nos nuits pour entrer dans la vie !

Mais l’heure qu’il préfère, c’est celle que nous ne connaissons pas ! Nous pouvons alors être sûrs de deux choses : la première, c’est qu’il est donc déjà venu dans nos vies sans qu’on le sache et la deuxième, sachons-le, c’est qu’il est en train de venir à nous ! Amen

Père Arnaud Franc

Copyright © 2014 La Pastorale Étudiante de Toulouse - Tous droits réservés - Conception graphique espritCréateur.COMM' & développement Nexteo Interactive