ÉTUDIANTS CATHOLIQUES À TOULOUSE

Pas d’invitation ni de recommandation ! Mais un ordre ! « Vous devez vous laver les pieds les uns aux autres ». Etrange commandement qui fait échos à un autre commandement que Jésus donne à ses disciples immédiatement après « Aimez vous les uns les autres comme je vous ai aimés » (Jn 15, 12).

Ce soir dans toutes les églises du monde entier où des chrétiens se réunissent, le prêtre est ordonné à laver les pieds de douze personnes. Ce geste, comme tout geste dans la liturgie, n’est pas une représentation comme dans des parcs d’attractions qui reproduisent des scènes historiques. Si on voit la liturgie, la messe comme un spectacle, cela veut dire que nous croyons que Jésus est mort ou pire un personnage du passé.

Dieu a voulu, et il le veut encore aujourd’hui, appeler et envoyer des hommes, ses prêtres, à la suite des apôtres pour être au milieu de son peuple le signe de sa présence. Signe déroutant mais éclatant qui se révèle dans le lavement des pieds. Déroutant, car s’il nous est facile de nous mettre à genoux devant Dieu, il nous est plus difficile de voir Dieu se mettre à genoux devant nous. Et pourtant, c’est ce que Jésus n’arrête pas de faire depuis qu’il marche sur les routes du monde à la rencontre de chaque être humain quand il demande aux mendiants, aux aveugles, aux lépreux, bref à tous ceux et celles qui ont besoin d’aide « Que veux tu que je fasse pour toi ? »

Car ce geste du lavement des pieds, ce n’est pas une histoire de pureté, c’est une histoire d’amour, c’est la porte d’entrée dans la Passion du Christ. « Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout » Mais nous, comme Pierre, le cœur dur comme pierre, nous n’acceptons pas de laisser le Christ se mettre à genoux devant nous, nous l’empêchons bien souvent de nous poser lui-même la question « que veux-tu que je fasse pour toi ? » Or, c’est cette question qu’il nous pose à chaque Eucharistie. Comme il serait bon qu’on la laisse résonner ce soir et toute cette nuit dans notre cœur « que veux-tu que je fasse pour toi ? »

Jésus n’est pas du style à nous faire du pied. Jamais il ne pourrait nous séduire pour nous tromper avec de fausses promesses. D’autres le font à sa place. Il ne vient pas non plus pour nous faire des croches pieds. Comment Dieu le créateur pourrait-il être contre nous ses créatures ?Oui, nous avons vraiment besoin d’être purifié d’un Dieu qui voudrait nous tromper, d’un Dieu qui pourrait nous faire tomber.

Jésus, lui, nous lave les pieds pour nous dire combien Dieu nous aime, combien il veut être à notre service, au service de notre croissance et de notre marche, au service d’un amour vrai qui se met au service de l’autre, au service d’un amour qui ne se prend pas mais qui se donne ! pour nous dire combien il s’abaisse, prend soin et touche notre humanité si fragile, vulnérable et souvent blessée. Jésus nous lave les pieds pour nous révéler sa tendresse, une tendresse qui est capable de nous remettre sur pied. Quand vous croisez un prêtre, c’est tout cela que vous croisez, c’est le Christ du Jeudi Saint que vous rencontrez.

Puisque ce soir Jésus nous invite à prier et à veiller avec lui, je nous propose de prier pour tous les prêtres, qu’ils soient véritablement signes de la présence du Christ, prions pour ceux qui nous ont baptisés et préparé aux sacrements. Prions pour les prêtres qui nous ont transmis la Parole de Dieu mais aussi pour ceux qui nous ont blessés par leur parole. Prions pour les prêtres que nous aimons et ceux que nous n’aimons pas. Prions pour les prêtres qui malmènent les gens et pour ceux que les gens malmènent. Prions pour les prêtres qui sont fidèles à servir le Christ et leurs frères et pour ceux qui peinent à garder leur engagement. Prions pour ceux que Dieu appelle parmi nous à devenir prêtres.

Mais si nous prions pour les prêtres alors nous prions aussi pour les communautés chrétiennes, car un prêtre n’existe pas sans une communauté comme une communauté n’existe pas sans prêtre. Prions pour toutes les paroisses. Le Pape François en parle comme de « la communauté des communautés, sanctuaire où les assoiffés viennent boire pour continuer à marcher » (EG 28)

Alors prions pour que cette eucharistie, pour que chaque Eucharistie célébrée ici dans la paroisse étudiante, soit le lieu où Dieu se donne à tous les étudiants et nous donne les uns aux autres pour continuer à marcher sur les routes de nos vies.

Pour cela, laissons le Christ nous laver les pieds, nous aimer tout entier et lavons nous les pieds, aimons nous les uns les autres. Alors le monde verra. Alors le monde croira.

Amen

Père Arnaud Franc

Copyright © 2014 La Pastorale Étudiante de Toulouse - Tous droits réservés - Conception graphique espritCréateur.COMM' & développement Nexteo Interactive