ÉTUDIANTS CATHOLIQUES À TOULOUSE

Il y a vraiment quelque chose qui ne va pas dans cet évangile ! Et ce n’est pas le fait que Jésus soit tenté même si c’est vrai, c’est quand même étonnant. On ne s’attend pas à voir le fils de Dieu à la fois conduit par l’Esprit Saint et tenté par le diable. Mais n’est ce pas justement le signe que Jésus ne fait pas semblant mais qu’il partage pleinement notre humanité tiraillée ? N’est ce pas le signe aussi que nous confondons trop souvent tentation et péché ?

Ce qui ne va pas dans l’Evangile, ce n’est pas non plus le fait que Jésus ne manifeste pas sa toute puissance au diable, même si c’est vrai, il a une occasion rêvée pour le faire. Sans doute ne veut-il pas en donner la primeur au diable, à celui qui divise, mais à ceux qui cherchent l'unité comme aux noces de Cana en transformant non pas des pierres en pains mais de l’eau en vin. Jésus ne dévoile pas sa puissance au diable qui la lui commande selon sa mesure en niant et en dénigrant les faiblesses de l’humanité. Car c’est justement dans ses faiblesses que Dieu veut déployer toute sa puissance.

Ce qui ne va pas dans l’Evangile, ce n’est pas le fait que Jésus n’entre pas vraiment en dialogue avec le diable contrairement à Mr et Mme Adam et Eve qui, déjà divisés, échangent tranquillement avec lui. Jésus, lui, se cache derrière la Parole de Dieu. « Vivante, énergique, et plus coupante qu’un glaive » (He 4, 12), seule la Parole de Dieu peut nous aider à combattre, parce que seul Dieu peut vraiment combattre. Avons-nous dans le cœur la parole de Dieu ? Connaissons-nous par cœur quelques-unes de ses paroles ? Les disons-nous au moment de l’épreuve ?

Ce qui ne va pas dans l’Evangile, ce n’est pas le fait que Jésus parte quarante jours au désert, car c’est toujours une bonne chose de prendre des temps de solitude pour prendre du recul face à notre réalité ! Non, ce qui ne va pas dans l’Evangile, c’est qu’« après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, on nous dise que Jésus eut faim ». Ou alors, la faim dont on nous parle ici n’est pas la faim qui frappe à la porte de l’estomac mais plutôt à celle du cœur et du cœur de Dieu.

Nous l’entendrons dans quinze jours, « ma nourriture, dit Jésus, c’est de faire la volonté de Celui qui m’a envoyé et d’accomplir son œuvre » (Jn 4, 34). L’œuvre de Dieu, du don gratuit de sa grâce en nous. Si la faute est venue par un homme, il est temps pour Dieu de donner, combien plus, par Jésus le don gratuit de la grâce qui redonne vie.

L'oeuvre pour laquelle Jésus vient à nous, c’est nous redonner son Esprit Saint, le souffle de sa vie en nous. Il veut nous redonner souffle pour « que l’esprit généreux nous soutienne » Ps 50. Il veut nous remodeler et recouvrir ainsi la honte de notre péché. N’est ce pas finalement cela Pâques ? l’objectif du carême ? Laisser le souffle de Dieu nous remodeler, laisser l’amour de Dieu nous recouvrir tout entier ?

Dans le livret de carême de la paroisse, nous écoutons chaque jour une parole de sainte Mère Teresa. Elle avait bien compris qu’il y a vraiment quelque chose qui ne va pas dans l’Evangile : Jésus a faim et soif de nous donner la puissance de l’amour de Dieu, le diable, lui, le voit mais nous ne le voyons pas…

Ecoutons la voix de Dieu dans les paroles de Mère Teresa : « Peu importent tes errements. Peu importe combien tu m'as oublié… II n'y a qu'une seule chose dont je veux que tu te souviennes tout le temps, une seule chose qui ne changera jamais : J'ai soif de toi, tel que tu es. Tu n'as pas besoin de changer pour croire en mon amour, parce que c'est de croire en mon amour qui va te changer. Tu m'as oublié, et maintenant je te cherche à chaque instant de ta vie… Tu penses que c'est dur à croire ? Alors, regarde vers la Croix, regarde vers mon Cœur transpercé pour toi. Regarde vers mon Eucharistie. Tu n'as pas compris ma Croix ? Alors, écoute encore une fois ce que j'ai dit sur la Croix : J'ai soif ! Oui, j'ai soif de toi. J'ai soif de toi. J'ai cherché quelqu'un pour combler mon amour et je n'ai trouvé personne. Sois celui-ci. J'ai soif de toi - de ton amour. »

Amen

Père Arnaud Franc

Copyright © 2014 La Pastorale Étudiante de Toulouse - Tous droits réservés - Conception graphique espritCréateur.COMM' & développement Nexteo Interactive