ÉTUDIANTS CATHOLIQUES À TOULOUSE

S'il y a un nombre qu'une étudiante et qu'un étudiant à Toulouse doivent retenir par cœur c'est le numéro 31. Non seulement à cause de la Haute-Garonne mais surtout pour deux références bibliques importantes !

La première à un moment crucial de l'histoire du peuple de Dieu où tout semblait perdu mais où grâce à Dieu un nouveau départ fut possible, dans le livre du prophète Jérémie au chapitre 31, verset 31 « Je conclurai avec mon peuple une nouvelle alliance ». La deuxième référence, c'est le psaume 31 entendu aujourd'hui. « Heureux l'homme dont la faute est enlevée ». Ici l'homme, c'est l'être humain, l'homme et la femme ! D'ailleurs la Parole de Dieu de ce jour fait écho à un homme « David » et à une femme dans l'Evangile.

Ce psaume 31, lisons le, prions le comme si c'était celui de David, comme si c'était celui de cette femme pécheresse pardonnée, comme si c'était celui de chacun de nous. Les psaumes sont les mots que Dieu nous donne pour prier, les mots qu'il met sur les réalités que nous vivons pour mieux les comprendre.
David, cette femme, c'est chacun de nous. Attention de ne pas tomber dans l'orgueil de croire que nous sommes moins ou plus pécheurs qu'eux. Ne pas le reconnaître peut nous entraîner à une situation encore plus dangereuse, à l'image du sanglier blessé qui ravage tout sur son passage...
Comme nous y invite le psaume, ne nous voilons pas la face, ne cachons pas nos péchés mais présentons-les tout simplement à Dieu comme David et cette femme, avec cette confiance du cœur que Dieu, lui, peut faire quelque chose quand nous nous ne pouvons plus rien... « L'être humain est fragile, sans Dieu il ne peut rien. » (Prière d'ouverture de la messe du jour)
A la suite de la pècheresse de l'Evangile, laissons-nous être attirés par cet amour que nous percevons, même de loin, dans le Christ, sans se laisser prendre aux pièges des regards accusateurs ou moqueurs qui sont autour de nous ou même en nous ! Si un jour vous voulez rencontrer le pire de vos juges, mettez vous devant un miroir et vous le verrez !

Alors, comment vivre la même expérience que la femme de l'Evangile ? Sûrement dans le sacrement de la Réconciliation, dans la confession. Et si nous allions vers les prêtres comme vers le Christ dans l'Evangile ?! Ok le prêtre, c'est pas Jésus mais c'est celui qu'il a choisi, un homme qui se sait pécheur aimé de Dieu et qui cherche à donner sa vie en réponse à cet amour. Tu vois ce prêtre ? S'il peut remettre les péchés, c'est parce que ses péchés, ses nombreux péchés sont sans cesse pardonnés puisqu'il montre beaucoup d'amour en donnant sans cesse toute sa vie pour lui. Le prêtre est le premier à qui se confesser car il est le premier à se confesser. Il communique la tendresse de Dieu. Ne couvrons pas nos péchés devant lui car c'est lui qui au nom de Dieu les recouvrira. Près de lui, les chants de délivrance dont Dieu nous entoure, la main de Dieu qui nous tire de la solitude pour nous relever et nous remettre dans la communion, la voix de Dieu où je peux entendre et recevoir une parole de libération, le cœur qui redonne à mon cœur de battre à nouveau. « Mais celui à qui on pardonne peu montre peu d'amour... »
Aller voir un prêtre pour se confesser, c'est complètement fou ! Aussi fou que le geste de cette femme dans l'Evangile ! Mais pas plus fou que celui du Christ ! Je suis fermement convaincu que beaucoup d'entre nous auraient été comme les pharisiens extrêmement choqués par Jésus. N'ayons pas peur d'être choqués ou du moins interpellés par l'Evangile. Même si nous ne comprenons pas tout, n'essayons pas de le réduire ou d'y changer quoi que ce soit, car c'est lui qui doit nous changer. Si nous l'acceptons, alors ce ne sera plus nous mais le Christ qui vivra en nous, ça ne sera plus nous qui lirons l'Evangile mais c'est lui qui se vivra et qui se lira à travers nous.

Alors, ne nous regardons pas trop dans le miroir, dans tout ce que nous pouvons percevoir de nous-mêmes mais regardons nous en David, comme dans cette femme de l'Evangile qui s'approche de Jésus parce qu'elle sait que Jésus l'aime et qu'il s'est livré pour elle. Ceux qui vivent autour de nous pourront voir en nous Jésus lui-même en percevant jusque dans nos failles son amour sans failles.

Relisons souvent le psaume 31. Comptons avec lui. « L'amour du Seigneur entourera ceux qui comptent sur lui ». Amen

Père Arnaud Franc

Copyright © 2014 La Pastorale Étudiante de Toulouse - Tous droits réservés - Conception graphique espritCréateur.COMM' & développement Nexteo Interactive