ÉTUDIANTS CATHOLIQUES À TOULOUSE

Quelle est la manière de vivre dans le monde pour un chrétien ? Question délicate qui s'est posée très tôt dans l'Histoire et qui se pose encore aujourd'hui ! Car force est de constater que nous sommes dans le monde et qu'en même temps, comme nous dit le Christ et comme nous le sentons bien souvent, nous ne sommes pas du monde... Faut-il alors le fuir ou y accourir ? L'aimer ou le haïr ?


Quand Jésus dit à ses apôtres « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix, ce n'est pas à la manière du monde que je vous la donne » il nous invite vraiment à accueillir pour nous et pour notre monde sa paix mais simplement d'une manière qui n'est pas celle du monde.

Pour le Christ, la paix, c'est beaucoup plus que « l'absence de guerre » (Catéchisme de l'Eglise n°2304) D'ailleurs, il prononce ses paroles dans un contexte difficile et douloureux, celui de sa mort. On pourrait dire que la paix, c'est ce qui habite le fond de son cœur, capable de tout traverser, y compris le mal et la mort. « Elle est une plénitude de vie ». Voilà pourquoi l'obligation morale entendue dans les Actes des Apôtres la plus importante pour les premiers chrétiens est liée au sang : ne pas ôter la vie !
Jésus ne veut donc pas laisser après lui un simple message de paix. Il veut donner sa paix. Ce qui est dans son cœur, il le veut dans notre cœur ! C'est le but de l'Evangile. Dès le début, à Noël, la paix est la promesse divine apportée par les anges « paix sur la terre aux Hommes qu'il aime », promesse pleinement accomplie par le Christ Ressuscité qui n'arrête pas de dire à ceux qu'ils rencontrent « la paix soit avec vous ».
Jésus a voulu se mettre dans notre pétrin en se mêlant à notre pâte humaine. Il le dit lui-même avec l'image du grain de blé. S'il tombe en terre, c'est pour mourir et porter du fruit. « La terre a donné son fruit » (Ps23). Le fruit du grain de blé qu'est le Christ, c'est la paix, la paix sur la terre aux Hommes qu'il aime. Donc sur cette terre !!

Cela veut donc dire que nous ne devons pas démissionner du monde ! Au contraire, notre mission, c'est d'être dans le monde ! Nous n'y sommes pas comme dans une salle d'attente avant d'entrer dans le Royaume des cieux, même si le monde ressemble parfois à une salle d'attente où on est assis l'un à côté de l'autre sans se parler, le regard dans le vide, avec un léger fond de musique et au centre une table basse avec comme seule lecture et nourriture des journaux pareils à des ordures...
Non ! Notre monde n'est pas cette salle d'attente ! Elle est la terre où le grain de blé qu'est le Christ est tombé, la terre ensemencée par le Royaume ! C'est ce que voit Jean dans sa vision de la Jérusalem Céleste. Il la voit descendre du Ciel sur la terre, dans une ville !
La semence du Royaume, elle descend de Dieu. Il veut la déposer dans ton cœur, dans ta vie pour qu'en fructifiant en toi, elle fructifie dans le monde. C'est la belle et profonde mission de l'Eglise, c'est-à-dire des laïcs, de tous ceux et celles qui sont baptisés dans le Christ et qui vivent dans le monde. Comme le dit le Concile Vatican II, vous êtes « appelés par Dieu pour travailler comme du dedans à la sanctification du monde, à la façon d'un ferment, en exerçant vos propres charges sous la conduite de l'Esprit pour manifester le Christ aux autres avant tout par le témoignage de votre vie » (Lumen Gentium 31) Voilà pourquoi Jean ne voit pas de sanctuaire dans la ville car nous sommes le Temple de l'Esprit Saint. Nos vies sont ses portes ouvertes au quatre coins du monde.

En ce jour du travail et en cette période d'examens, invoquons l'Eprit Saint. Qu'il nous donne la paix dans la terre labourée de notre cœur, car « la paix mondiale commence dans les cœurs » (frère Alois de Taizé) et enfin demandons lui qu'il nous fasse souvenir de toutes les paroles du Christ. Ce sont elles qui construisent en nous les fondations du Royaume sur lesquelles nous pourrons édifier notre vie. Faisons cela, apprenons par cœur une ou deux ou plusieurs paroles du Christ. Voilà quelle est la manière de vivre dans le monde pour un chrétien ! « Bon courage ! »

Père Arnaud Franc

Copyright © 2014 La Pastorale Étudiante de Toulouse - Tous droits réservés - Conception graphique espritCréateur.COMM' & développement Nexteo Interactive