ÉTUDIANTS CATHOLIQUES À TOULOUSE

A la question, les catholiques sont-il des moutons de panurges ? La réponse est... non ! Même si beaucoup de monde le pense et que Jésus nous traite comme ses brebis. Si Jésus prend cette image, ce n'est pas pour nous rabaisser mais pour nous élever à un mystère, celui de l'Eglise.

Il y a entre nous les chrétiens un lien qui nous rattache les uns aux autres, un lien avec Dieu dont on ne peut pas se passer, comme un troupeau ne peut se passer d'un berger. Comme dit le psaume, nous sommes « son peuple, son troupeau ». Autrement dit, nous ne pouvons pas être chrétien tout seul ! D'ailleurs nous ne le sommes pas devenus par nous-mêmes mais par et dans la communauté des croyants que Dieu a formée, l'Eglise !
Si « l'Eglise est mère des vocations », ne l'oublions pas, c'est parce qu'elle en est d'abord la fille ! Les apôtres et les disciples ne se sont pas choisis mais c'est le Christ qui les a choisis, pour être non pas une communauté à part mais une communauté dont la vocation est d'être ouverte à tous. Les premiers chrétiens ont dû apprendre que l'Eglise est née et a été voulue dans l'alliance que Dieu avait commencé avec Israël et qu'il a achevée dans le Christ pour être « la lumière des nations et que grâce à elle le salut parvienne aux extrémités de la terre ». C'est la vision de Jean dans le livre de l'Apocalypse ou plutôt comme il faudrait le dire dans le livre de la Révélation. Notre paroisse étudiante doit refléter que l'Eglise est « une foule immense... de toutes nations, tribus, peuples et langues ». C'est ce que la paroisse étudiante doit révéler à Toulouse !
Si nous sommes la lumière des nations, la lumière de Toulouse, c'est parce que nous ne sommes pas cette source de lumière mais qu'elle est dans la présence du Christ Ressuscité qui brille au cœur de nos ténèbres. Elle est dans l'Eucharistie, le pardon, la parole et le pain que Dieu nous donne chaque dimanche et que vous allez recevoir pour la première fois chers Jaswin, Haritiana, Pierre et Derek. A chaque messe, nous sommes appelés, convoqués car c'est là que Dieu se rend présent dans notre communion. Comme dit l'Apocalypse de manière imagée « Celui qui siège sur le trône vient établir sa demeure parmi nous » pour nous conduire aux sources de la vie et essuyer toute larme de nos yeux.

Alors il y a deux questions auxquelles nous devrions commencer à répondre. La première, sommes nous conscients que nous avons comme communauté, comme paroisse étudiante, une vocation ? Que nous sommes appelés à vivre une fraternité, non pas seulement en paroles mais en actes et en vérité, non pas une masse d'inconnus mais une fraternité où tous se connaissent et s'appellent par son nom, qui porte la joie et la peine de chacun. Une fraternité qui rayonne la lumière du Christ à travers nos fêlures dans les campus, dans les écoles et dans la ville ! Une fraternité où se reçoit et se donne la Miséricorde, la tendresse et l'amour de Dieu. Une fraternité de 2000 étudiants qui a été appelée par le Christ et qui appelle les 108 000 autres en son nom !
La deuxième question à laquelle je sais vous cherchez une réponse, c'est quelle est personnellement ma vocation dans cette communauté, au sein de la famille humaine ? Et quand on dit vocation, ne pensez pas que ça soit seulement pour les prêtres ou pour les religieux. Nous sommes tous appelés ! Notre vie est une vocation, un appel à vivre ! Je ne suis pas sur cette terre par hasard. Je ne peux donc pas faire de ma vie n'importe quoi comme je ne peux pas faire n'importe quoi de mon corps ni de ce qu'il y a dans mon cœur. Je ne peux pas non plus faire n'importe quoi avec mes études, car elles m'engagent avec la foi dans le Christ à prendre mes responsabilités dans le monde. Ma vie est un projet de Dieu. Plus je m'attacherai à lui, plus je serai libre d'agir en harmonie avec ce qu'il veut et avec ce que je veux.
Comme nous dit l'Evangile, cherchons sans nous lasser à entendre la voix du Christ, c'est-à-dire à devenir familier de sa présence dans la messe et au-delà, dans sa Parole qui résonne au cœur de nos vies et de celle des autres. Nous pourrons alors, en le connaissant de plus en plus, nous connaître, le suivre et vivre de plus en plus, et de mieux en mieux. Amen ! Alléluia !

Père Arnaud Franc

Copyright © 2014 La Pastorale Étudiante de Toulouse - Tous droits réservés - Conception graphique espritCréateur.COMM' & développement Nexteo Interactive