ÉTUDIANTS CATHOLIQUES À TOULOUSE

Quel passage incroyable qui ouvre l'Evangile comme chaque Carême ! « Pendant quarante jours Jésus fut tenté... » Ce passage, c'est vrai, on a de la peine à y croire et en même temps il nous amène mystérieusement à croire de plus en plus en lui.


Car ce que nous découvrons, c'est que Jésus n'a pas fait semblant. L'expérience de la tentation et de l'épreuve, il l'a vraiment vécue en lui. Il n'a pas fui ! Les tentations du Christ nous empêchent alors de tomber dans la tentation du chrétien au tout début du Carême qui est de fuir l'humanité. Car on pourrait croire que le Carême avec ses privations et ses efforts, c'est fuir l'humanité pour s'élever en Dieu. Nous risquerions justement de tomber dans le panneau dépeint par le diable de l'Evangile qui fait tout pour que le Christ fuie son humanité et ses limites en le poussant à faire des choses inhumaines pseudo divines (transformer des pierres en pain, acquérir tous les royaumes de la terre en une seconde et se jeter du haut de la falaise sans se faire mal). En fait, ce que le diable a du mal à accepter, c'est qu'il soit fils de Dieu et que c'est dans les limites de l'humanité que Dieu a choisi de révéler la puissance de sa divinité. Cela vaut pour le Christ, le fils de Dieu. Combien plus pour nous les chrétiens, les fils de Dieu !
Si le Christ se laisse conduire au désert après son baptême, ce n'est donc pas pour fuir l'humanité ni le monde. Au contraire, c'est pour rejoindre la marche d'Israël, de tout un peuple, et à travers lui de toutes celles et ceux qui hier comme aujourd'hui connaissent épreuves après épreuves mais qui choisissent de crier vers Dieu et que Dieu écoute, voit et sauve comme un père pour ses enfants.
Alors, quand la tentation nous guette de vouloir fuir notre humanité, regardons le Christ au désert qui sort de l'épreuve sans sortir des limites de l'humanité, car s'il a vécu l'épreuve, c'est pour vivre de l'intérieur ce que nous endurons mais c'est surtout pour la traverser avec nous, en nous et pour nous en sortir ! Avant de regarder comment Jésus s'en sort, il nous est bon de jeter rapidement un coup d'œil sur les tactiques du tentateur.

La première tactique, c'est justement d'apparaître quand la faiblesse et la fatigue se font sentir, quand nous sommes beaucoup plus sensibles et vulnérables, lorsqu'ici, Jésus a faim. Quand la tentation ou l'épreuve surgit, cela vient sans doute du tentateur, de ce mauvais esprit qui vient appuyer là où c'est fragile parce que lui il sait que Dieu peut vraiment habiter et transfigurer ces lieux de faiblesses et en faire de vrais lieux de forces. A nous de croire qu'être fils de Dieu, c'est consentir à ses fragilités ordinaires sans vouloir les fuir en recherchant des choses extraordinaires souvent illusoires.
La deuxième tactique, c'est de nous enfermer dans des phrases qui commencent par des « si ». Si tu es le fils de Dieu... Si tu viens à la messe, si tu es catho, si tu penses ça, si tu fais ça, alors... Les raisonnements a priori très subtils qui s'ouvrent par un « si » peuvent souvent aliéner et enfermer.
La troisième tactique, c'est d'utiliser de bonnes choses. Ici la Parole de Dieu, quand il cite le verset d'un psaume. On a tous eu cette tentation de vouloir instrumentaliser la Bible pour notre propre fin. Or, nous le savons, nous ne pouvons pas prendre un seul verset pour démontrer quoi que ce soit. Jésus, au contraire, nous donne d'entrer dans l'intelligence de toute la Parole de Dieu. De même, beaucoup de tentations guettent l'esprit, le cœur et le corps car ils sont bons ! Seul le désir de la cohérence et de l'intelligence du tout peut vaincre ces tentations.

Comment le Christ parvient-il alors à s'en sortir ? Tout d'abord, en ne cherchant pas à entrer dans un dialogue avec le Malin mais en s'abandonnant dans la Parole de Dieu. « Quand je me tiens sous l'abri du Très Haut et repose à l'ombre du Puissant, je dis au Seigneur : "Mon refuge, mon rempart, mon Dieu, dont je suis sûr" ! » (Ps 90) Et toi ? Où en es-tu avec la Parole de Dieu quand surgit l'épreuve ? Que fais-tu de celle que tu écoutes à la messe, que tu lis chez toi ? Est-elle vraiment près de toi ? Au cœur de tes études, de tes loisirs, de tes fêtes ?
Jésus s'en sort parce qu'il met sa confiance en elle. Et toi tu serais plus fort que lui ? Jésus s'en sort parce qu'il entre dans la patience et l'humilité. Et nous ?

Comme le disait saint Augustin, aujourd'hui « tu remarques que le Christ a été tenté, mais est ce que tu remarques qu'il a vaincu ? » N'entrons pas dans la tentation des tentations qui est le découragement ! Celui qui puise sans cesse dans le découragement finit toujours par s'épuiser.
Laisse Dieu combattre en toi. Laisse sa Parole parler pour toi. « Puisqu'il s'attache à moi, je le délivre » (Ps 90). Lui ne fuira jamais loin de toi, dans les jours heureux comme malheureux. Mais toi, fuiras-tu loin de lui ?

Père Arnaud Franc

Copyright © 2014 La Pastorale Étudiante de Toulouse - Tous droits réservés - Conception graphique espritCréateur.COMM' & développement Nexteo Interactive