ÉTUDIANTS CATHOLIQUES À TOULOUSE

Pourquoi entendons-nous tous les dimanches des textes vieux de 20 à 25 siècles ?
Ce qui est sûr, c'est que nous ne sommes pas les premiers à nous réunir pour entendre lire des vieux livres.
Nous venons d'entendre deux récits dans lesquels une assemblée s'est réunie pour entendre lire et interpréter l'Ecriture.
A la synagogue de Nazareth, en présence de Jésus, il y a presque 2000 ans, on entendait le livre d'Isaïe : ce livre avait, à l'époque de Jésus, datait déjà de six siècles ; lors d'une grande assemblée du peuple, à Jérusalem il y a un peu plus de 2500 ans, Esdras lisait la Torah, la Loi juive, et les livres de la Torah rapportaient des événements qui, à l'époque d'Esdras, avaient déjà plus de sept ou huit siècles..

Pourquoi depuis 25 siècles au moins, les croyants se réunissent-ils pour entendre des textes qui remontent à plusieurs siècles ? Pourquoi est-ce si important ?


Nous connaissons la réponse. L'Ecriture est inspirée. L'Ecriture, c'est la parole de Dieu !
L'Ecriture est inspirée... mais encore ? Qu'est-ce que ça veut dire, inspirée ? Le concile Vatican I nous dit même dans un texte « les Ecritures ont Dieu pour auteur ».
Pourtant, lorsqu'on écoute le tout début de l'évangile de Luc, on ne voit pas vraiment trace d'une intervention divine. C'est la démarche très rationnelle de l'auteur d'un livre d'histoire : « j'ai décidé, après avoir recueilli avec précision des informations concernant tout ce qui s'est passé depuis le début, d'écrire pour toi, excellent Théophile, un exposé suivi, afin que tu te rendes bien comptes de la solidité des enseignements que tu as reçus ».
Voilà : Théophile a reçu des enseignements sur le Christ, mais peut-être de manière fragmentaire, peut-être en n'étant pas très sûr de ce qui est vrai et de ce qui est exagéré ou déformé... alors Luc fait œuvre d'historien, en faisant un récit ordonné et bien renseigné, pour que Théophile puisse être assuré dans ses connaissances.
Luc ne nous dit pas qu'il y avait un ange pour lui dicter son livre, ou que le ciel s'est ouvert et qu'il a bénéficié d'une vision, ou bien qu'il a été saisi par l'Esprit comme l'ont été, plus tard, le centurion Corneille ou les apôtres... non, Luc a fait un travail d'auteur, avec tout le sérieux et toute la rationalité que cela demande. Mais alors l'auteur de l'évangile de Luc, c'est Luc, ou c'est Dieu ?

Pour répondre à cette question, il va falloir approfondir un peu nos textes. Nous avons ici deux récits d'un moment où des gens écoutent l'Ecriture, et où cela a sur eux des effets qui nous sont rapportés
La foule rassemblée par Esdras entend la Loi, et elle pleure abondamment. On ne nous dit pas précisément pourquoi, mais c'est assez facile de l'imaginer : les prêtres et les scribes reviennent d'exil ; on n'a pas entendu lire la Loi depuis longtemps: Larmes d'émotion de réentendre ce texte qu'on aimait et qu'on avait presque oublié. Et puis, le texte de la Loi est porteur d'une promesse : « tu choisiras la vie » ; et cette promesse peut toucher: larmes de joie et d'espérance. Et enfin, le texte de la Loi est porteur de commandements, devant lesquels le peuple peut reconnaître ses manquements et son péché: Larmes de tristesse.
Mais devant ces larmes, Esdras insiste sur la joie : « La joie du Seigneur sera votre rempart ».
Et tout cela, la lecture de la Loi, les larmes du peuple, l'exhortation d'Esdras à se réjouir, a été rapporté dans un Livre que nous avons entendu ce soir, le Livre de Néhémie.

A la synagogue, Jésus lit un passage du livre d'Isaïe. Il n'a sans doute pas prévu de faire l'homélie, mais c'est vers lui que les regards se tournent. Et il se met à leur dire : « aujourd'hui s'accomplit ce passage de l'Ecriture que vous venez d'entendre ». Souvenez-vous du trajet de Jésus jusque-là : il a vécu le baptême de Jean, et reçu du Père cette parole « c'est toi mon fils, moi aujourd'hui je t'ai engendré » ; il a fait face victorieusement aux tentations du diable ; il revient dans sa ville d'origine, Nazareth... et la parole qui est lue ce jour-là à la synagogue retentit pour lui comme un appel : « il m'a envoyé porter la bonne nouvelle au pauvre, annoncer aux prisonniers qu'ils sont libres, aux aveugles qu'ils verront la lumière » : ce texte d'Isaïe qui a cinq siècles déjà, c'est pour lui, ça parle de lui, c'est pour aujourd'hui.
Et tout cela, la lecture d'Isaïe, le silence de l'assistance, la parole qui sort tout à trac de la bouche de Jésus, a été rapporté dans l'Evangile de Luc, que nous avons entendu ce soir.

Et quand j'ai fini de proclamer cet Evangile, j'ai dit, selon le rituel, « acclamons la Parole de Dieu », et vous avez répondu « louange à toi, Seigneur Jésus ». Vous n'avez pas répondu « louange à toi, Saint Livre » ! La parole de Dieu, ce n'est pas un texte, ni même un livre.
La Parole de Dieu, ce n'est pas ce livre (le lectionnaire), même s'il est beau, s'il a été traduit, imprimé et relié avec soin ! Si nous n'ouvrons jamais notre Bible, si elle reste sur un rayon de bibliothèque, c'est juste une liasse de papier reliée par du carton. La lettre d'un texte qu'on ne lit jamais devient lettre morte. La Parole de Dieu, elle, est vivante !

Alors la parole de Dieu, ce n'est pas un texte,
La parole de Dieu c'est ce qui se passe en toi quand tu entends l'Ecriture avec tes oreilles ou dans une lecture silencieuse, et qu'elle touche ton intelligence, ton affectivité, et parfois tout ton être, jusque dans ton corps.
Tu entends ou tu lis tel passage de l'Ecriture, et enfin tu comprends quelque chose que tu ne comprenais pas, un point de ta vie s'éclaire, tu trouves les mots pour dire à Dieu une prière que tu ne savais pas encore comment formuler, tu es confirmé dans ta foi, tu es éclairé avec douceur sur tes péchés et le pardon que Dieu veut te donner ; et même, quelque chose en toi s'ouvre, se détend, la joie, ou même les larmes ... C'est cela, la Parole de Dieu : des mots anciens qui deviennent vivants jusqu'à te toucher dans ton esprit et dans ton corps.
A l'époque d'Esdras, la Loi était un vieux livre. Mais il a été lu devant le peuple, et le peuple a pleuré. A l'époque de Jésus, Isaïe était un vieux livre. Mais Jésus l'a lu, et entendre ce texte a achevé de lui révéler sa mission.
Et le signe est là que l'Ecriture est inspirée.
On ne sait pas bien comment la Torah a été écrite, ni le livre d'Isaïe ; mais nous savons que, lorsqu'ils l'ont entendu, le peuple d'Israël, Jésus, ont entendu Dieu leur parler. Dans ce texte si ancien s'est logé une parole de Dieu pour aujourd'hui. L'Evangile que nous avons entendu aujourd'hui commence par raconter comment il a été écrit : une rédaction réalisée dans des conditions très ordinaires, comme un livre d'histoire tout à fait normal : mais en l'entendant, il se peut que quelque chose s'ouvre en nous, il se peut que vraiment Dieu se mette à nous parler de notre vie et de notre foi d'aujourd'hui... et c'est parce que la communauté chrétienne a éprouvé la force d'inspiration de ce texte que l'Eglise a déclaré que l'évangile de Luc, avec les autres, et avec tout le reste des Ecritures, est inspiré par Dieu, et qu'il a Dieu pour auteur.

Alors toi, te laisseras tu inspirer par une des paroles entendues ce soir, pourras tu l'entendre pour toi comme parole de Dieu qui s'accomplit aujourd'hui ?
Si la tristesse t'envahit, entendras-tu comme parole de Dieu cette exhortation du scribe Esdras : « La joie de Dieu sera votre rempart » ?
Si tu doutes de l'Eglise, entendras-tu comme parole de Dieu cette affirmation de Paul : « vous êtes Corps du Christ, et chacun pour votre part vous êtes membre de ce corps » ?
Si tu as le sentiment que Dieu nous demande des choses impossibles, entendras tu comme parole de Dieu ce verset du psaume : « Les préceptes du Seigneur sont droits, ils réjouissent le cœur » ?
Si tu te demandes à quoi Dieu t'appelle, entendras-tu comme parole de Dieu cette exclamation joyeuse de Jésus : « Le Seigneur m'a envoyé porter la bonne nouvelle aux pauvres » ?
Ecoute la Parole, lis l'Ecriture, médite-la dans ton cœur. Elle est le langage de ta foi ; elle est le lieu où Dieu te parle ; elle est le secret de ta liberté. Amen.

Père Dominique Degoul

Copyright © 2014 La Pastorale Étudiante de Toulouse - Tous droits réservés - Conception graphique espritCréateur.COMM' & développement Nexteo Interactive