ÉTUDIANTS CATHOLIQUES À TOULOUSE

Quel signe Jésus a-t-il voulu donner en transformant 600 L d'eau en 600 L de vin ? A-t-il voulu ainsi manifester sa gloire pour que ses disciples croient en lui ? Pas si sûr...

Car Jésus semble tout faire pour ne pas être vu. Quand sa mère vient le chercher, il la renvoie, et quand finalement il accomplit le miracle, seuls les serveurs voient Jésus à l'œuvre, et non pas ses disciples ni même les époux, le maître du repas ou les convives. Le signe que Jésus donne est donc caché, enfoui dans l'histoire.
Jean aime beaucoup faire ça ! A travers l'histoire de ce mariage qu'il nous raconte au début de l'Evangile, Jean nous raconte en fait l'histoire d'une autre union, célébrée depuis plus longtemps, celle que chante Isaïe dans la première lecture, l'union entre Dieu et l'humanité. A travers cette histoire, il cherche à nous faire comprendre que notre existence est appelée à être une communion de vie et d'amour avec Dieu, le vin étant alors le signe de cette vie et de cette joie qu'ils partagent.

Alors, quand à la fin du premier jour de leurs noces, ceux qui se sont unis à Cana n'ont plus de vin, c'est peut-être un signal pour nous. Que faisons-nous de notre vie ? La vivons-nous comme si nous en étions la source ? Si oui, alors un manque terrible peut se faire sentir car la source de la vie n'est pas en nous, nous le sentons bien quand nous sommes face à la mort, la mort du corps mais aussi du cœur...
Que faisons-nous alors lorsque nous sommes face à ces vides, ces questions et ces manques existentiels ? Le danger est alors de les renier ou plutôt d'essayer de les combler par plein de choses qui au final nous laissent avec beaucoup plus de douleur et d'amertume, tel un mal de crâne au lendemain d'une fête un peu trop arrosée...
Ces manques, Dieu vient en faire des lieux pour une rencontre avec lui, sans doute pour redécouvrir que c'est dans une communion avec lui que nous pouvons puiser le sens et la joie de nos vies. Loin de venir nous condamner, il vient nous purifier. N'oublions pas que les 6 jarres dont il se sert à Cana servaient pour la purification. C'est donc pour nous le signe que Dieu vient ouvrir la source surabondante de sa miséricorde, de son amour au cœur même de notre grande misère. « Le Christ ressuscité veut faire de la vie de l'être humain une fête continuelle » (St Athanase).

Ceux et celles parmi nous qui vous préparez à la confirmation, vous le pressentez de plus en plus, à travers peut-être les manques de votre vie. Croire en Dieu, croire en l'Evangile vous mènent sur un chemin qui vous permet de saisir combien votre vie a un prix, un prix aux yeux de Dieu. En recevant aujourd'hui le credo, les mots de notre foi, vous avancez sur ce chemin et découvrez déjà où il vous mène, vers cette source, qui n'est pas en vous mais en Dieu, qui est dans son amour. En un mot, en un souffle, dans l'Esprit Saint.
Si le vin est dans l'Evangile le signe de la vie et de la joie que nous sommes appelés à recevoir de Dieu et de notre communion avec lui, c'est bien le signe de l'Esprit Saint. Puisez en Lui et vous ne serez jamais déçus ! Puisez dans cette vie surabondante d'amour !

L'Esprit Saint vient déposer en chacun la vie et le désir de vivre heureux mais il vient aussi, nous l'avons entendu dans la bouche de Saint Paul, déposer en chacun un don, justement pour y parvenir ! Dans l'Evangile, seuls les serveurs ont vu Jésus à l'œuvre. Seuls ceux qui écoutent la parole du Christ et qui se mettent au service peuvent voir et croire en son amour ! Alors, quel don as-tu reçu ? Si parfois tu repères assez facilement chez l'autre tel ou tel don, sans te laisser bouffer par la jalousie, sache-le, Dieu dépose en toi un don que l'autre n'a pas mais dont il a besoin et vice versa. Cherche quel don tu as reçu, quelles qualités et mets les au service du bien de tous !

Quel signe Jésus a-t-il voulu donné au début de l'Evangile ? Peut-être celui-là même qu'il accomplit aujourd'hui en venant auprès de toi et de tes manques, en transformant non pas de l'eau mais du vin en son sang pour se donner à toi, pour vivre en toi, et pour que ta vie, ta fête soit sans fin. Amen.

Père Arnaud Franc

Copyright © 2014 La Pastorale Étudiante de Toulouse - Tous droits réservés - Conception graphique espritCréateur.COMM' & développement Nexteo Interactive