ÉTUDIANTS CATHOLIQUES À TOULOUSE

 

En s'approchant de la foule qui se fait baptiser par Jean, c'est Dieu lui-même qui par Jésus s'approche de toutes celles et ceux qui sont, comme nous dit l'Evangile, en attente, en attente d'une vie meilleure et plus juste, ou comme nous dit Isaïe, en attente d'une consolation. Sans doute vient-il se faire proche de chacun pour que chacun puisse bien entendre : « Tu es mon fils, ma fille bien aimée, en toi je trouve ma joie ».
Comment ?

Certes, par le baptême, en devenant par le Christ fils et fille de Dieu mais aussi dans la prière. « Comme tout le peuple se faisait baptiser et qu'après avoir été baptisé lui-aussi, Jésus priait, le ciel s'ouvrit ». C'est par le baptême mais surtout par la prière de Jésus que le ciel s'ouvre...
Qu'est ce donc que la prière ? Et bien pas forcément ce que l'on croit ou fait... Pour un chrétien, c'est-à-dire pour quelqu'un qui est uni au Christ, ne serait-ce pas laisser le Christ prier en lui ? Le ciel s'ouvre lorsque le Christ prie. Dieu s'ouvre à nous lorsque nous laissons le Christ prier en nous.
Prier ne peut pas être seulement la récitation de formules si belles et profondes soient-elles. Ce n'est pas d'abord demander ou supplier ni même louer ou remercier. Ne serait-ce pas se tourner vers Dieu, vers le Christ, dans le silence, attendre, accueillir l'Esprit Saint et laisser résonner en nous une voix qui vient d'ailleurs pour se faire toute intérieure, gravée dans le cœur : « Tu es mon fils bien aimé. En toi je trouve ma joie ».
As-tu déjà fait cette expérience de laisser le Christ prier en toi, de te tenir simplement en sa présence, dans le silence ? Bien souvent notre cœur, c'est vrai, se remplit vite dans le silence. Beaucoup de choses refont surface et prennent beaucoup trop de places. Des choses de notre passé, des préoccupations actuelles, des doutes sur l'avenir, des échecs, des blessures, des incompréhensions, des émotions...
Or, n'est ce pas dans l'eau trouble que Jésus veut descendre ? N'est ce pas là qu'il vient prier ? Comme aux premiers jours de la création, où le souffle de Dieu planait sur les eaux, Dieu veut te donner son Esprit Saint pour te créer et te recréer sans cesse ! Pour renouvèle la face de la terre, il renouvèle les profondeurs de ton cœur.

Quelle place laisses-tu alors à la prière dans ta vie ? Mais surtout quelle place laisses-tu au Christ dans ta prière ? Est-ce que tu le laisses prier en toi ?
Avouons, comme saint Paul, que nous ne savons pas prier comme il faut... Laissons le Christ prier en nous. Laissons le nous surprendre, comme il a du surprendre Jean-Baptiste. Ne systématisons pas trop vite des réflexions ou des expériences sur Dieu. Laissons le descendre au plus profond de notre réalité et de notre trouble. Alors surgira l'inespéré. Un nouvel élan et surtout l'enthousiasme que le monde attend, puisque étymologiquement, enthousiasme, c'est Dieu qui se tient en nous.
Ne nous trompons pas de vocation ! Être baptisé, être chrétien, ce n'est pas tomber dans un faux optimisme 24h/24h mais c'est chercher à être de jour comme de nuit dans un vrai enthousiasme, à laisser Dieu vivre, se réjouir et prier en nous. Et cela passe par la prière, non pas seulement du dimanche mais de chaque jour, de chaque instant, dans le silence et dans l'amour.

Mettons nous à l'école de la Bienheureuse Mère Teresa de Calcutta, l'une des patronnes de la pastorale étudiante de Toulouse :
« Nous n'avons qu'une seule prière : c'est Jésus Christ lui-même... Prier signifie avant tout être un avec le Christ... Quand vient le moment de prier et que l'on ne parvient pas à le faire, c'est très simple : laissons Jésus prier le Père dans le silence de nos cœurs. Si je ne peux parler, il parlera. Si je ne peux prier, il priera.... Quand nous n'avons rien à donner, donnons-lui notre incapacité. Demandons à Jésus de prier en nous car personne ne connaît le Père mieux que lui. Le Christ prie en moi, le Christ œuvre en moi, le Christ pense en moi, le Christ regarde avec mes yeux, le Christ parle avec mes mains, marche avec mes pieds, aime avec mon cœur... La prière n'est rien d'autre qu'un total abandon, une totale unité avec le Christ. » (La prière, fraîcheur d'une source)

Père Arnaud Franc

Copyright © 2014 La Pastorale Étudiante de Toulouse - Tous droits réservés - Conception graphique espritCréateur.COMM' & développement Nexteo Interactive