ÉTUDIANTS CATHOLIQUES À TOULOUSE

Peut-être avons-nous passé ces quinze derniers jours tout près de la crèche, entre le bœuf et l'âne gris ou alors un peu loin, entre les cours à réviser et la soirée du 31... Alors, à la veille de la rentrée, il est bon d'entendre qu'après les bergers, c'est-à-dire ceux qui étaient tout près de la crèche, ce sont les mages qui viennent voir Jésus. Pourquoi ?

Parce que les mages vivaient à l'extrême opposé de la crèche. On nous dit qu'ils viennent de Saba, c'est-à-dire du fin fond du monde connu à cette époque et de Tarsis, une ville imaginaire qui symbolisait « le bout du monde ». Les mages, ce sont donc tous ceux qui vivent loin de Dieu, ceux qui ne le connaissent pas ou qui ne le connaissent plus...
Nous sentons ainsi que tous, de près ou de loin, nous sommes appelés à prendre le chemin vers lui. Mais ce que nous voyons surtout à travers le cheminement des mages, c'est qu'en s'approchant de Dieu, surgit quelque chose d'imprévue, ils s'approchent d'eux-mêmes. En prenant le risque de découvrir le mystère de Dieu qu'ils ne connaissent pas, ils découvrent le mystère de leur propre humanité qu'ils ne comprenaient pas.

Hier pour les mages comme aujourd'hui pour tous et celles qui cherchent la vérité et à en vivre, Dieu fait jaillir dans nos vies, et souvent dans les nuits de nos vies, des étoiles.
Rien à voir avec l'astrologie ! Car ces étoiles sont bien souvent les personnes mises sur notre chemin, dont la vie et les paroles ont un rayonnement qui les dépasse mais qui nous touche et nous donne envie de chercher encore plus le vrai sens de l'existence. Ces étoiles, c'est aussi tel ou tel événement qui provoque en moi une interrogation, me laissant sans repos tant que je ne trouve pas de réponse satisfaisante. Ces étoiles, ce sont des idées voire même des expériences lumineuses que je peux avoir de Dieu ou du mystère de la vie, de ma vie. Grandes ou petites, voire même filantes, toutes ces étoiles allument quelque chose en nous.

Alors, comme pour les mages, il faut se mettre en route et ne pas rester seulement à regarder ces étoiles. Nous serions alors de simples illuminés... Si Dieu fait jaillir dans nos vies ces étoiles, ces signes, c'est pour aller plus loin, pour avancer jusqu'à lui, même quand on est loin de lui et nous rapprocher les uns des autres.
Bref, il nous faut passer de l'étoile à Dieu. Et cela peut prendre du temps... pour les mages, passer par Jérusalem, passer par la Bible a été décisif. Grâce à ce passage, ils ont pu passer de l'idée au visage de Dieu, d'une expérience éblouissante à une expérience exigeante. Pas l'exigence que l'on croit mais celle de découvrir que Dieu passe par notre humanité et non pas au dessus ou à côté d'elle. Voilà l'exigence de la foi chrétienne ! Découvrir que Dieu aime notre humanité et que c'est là que nous sommes appelés à le découvrir et quand nous le découvrons en nous, nous nous découvrons nous-mêmes. Il nous faut découvrir combien Dieu nous aime, que c'est lui qui nous a façonnés et qu'il peut toujours nous refaçonner...
Les mages le découvrent et découvrent en eux une très grande joie quand ils passent de l'étoile à l'enfant comme s'ils découvrent en lui la source de la lumière qui resplendissait dans la lueur de l'étoile, comme s'ils découvrent en lui la source de leur soif, leur soif d'autre chose...
Voilà sans doute pourquoi les mages déposent aux pieds de cet enfant l'or, l'encens et la myrrhe. Parce qu'ils pressentent que le trésor de leur humanité dont ils sont porteurs est lié au trésor de Dieu.
En toi il y a un trésor. En toi il y a l'or, c'est ton esprit, ton intelligence, ta capacité de réfléchir, de raisonner, de travailler, de poser les choses. En toi il y a l'encens, c'est ton cœur qui brûle pour aimer et être aimé, qui renferme en lui un tas de très bons projets et intuitions. En toi, il y a la myrrhe, c'est ton corps, ta chair fragile et vulnérable, riche de désirs et d'affections mais aussi d'angoisses et de failles.
Tu cherches comment vivre uni, heureux avec tout ça ? Tu cherches peut-être à prendre un nouvel élan, un autre chemin que celui que tu as eu jusqu'à présent ?

Que faire ? Choisir chaque jour à repérer les étoiles que Dieu fait jaillir dans ta vie et se mettre en route avec d'autres. Voir qu'elles nous mènent ensemble jusqu'à lui et qu'en t'ouvrant au mystère de Dieu et à celui des autres, s'ouvre en toi le mystère de ta propre vie ! « Dieu n'enlève rien. Il donne tout » (Benoît XVI). Amen.

Père Arnaud Franc

Copyright © 2014 La Pastorale Étudiante de Toulouse - Tous droits réservés - Conception graphique espritCréateur.COMM' & développement Nexteo Interactive