ÉTUDIANTS CATHOLIQUES À TOULOUSE

« Restez éveillés ». A priori, pour bon nombres d'étudiants, veiller n'est pas un problème. Se réveiller, un peu plus...


En tout cas, le maitre mot de l'Evangile et de ce temps de l'Avent qui s'ouvre, c'est veiller. Ne pas tomber dans le sommeil. Vous l'aurez compris, Jésus joue ici avec les images. Le chamboulement du soleil, des étoiles, de la lune et des nations, comme le sommeil, tout cela exprime les situations dont on ne peut pas se relever, dont on ne peut pas se réveiller. Bref c'est la mort et tout ce qui conduit à la mort. Tout ce qui pourrait nous faire croire que la vie ne vaut pas la peine d'être vécue, que tout est foutu, que l'histoire est finie... Ce n'est pas la mort du corps qui est ici visée mais surtout la mort de l'âme, de ce qui fait battre le cœur de toute une vie...
Quand ce cœur semble engourdi, figé, mort, comment ne pas sombrer dans le sommeil ? Mais alors, pourquoi le Christ ose t-il encore nous demander « restez éveillés » ?
Justement parce que quelque chose d'autre, quelque chose de nouveau, quelque chose que nous ne voyons pas tellement il y a le chaos est en train de naître... « Jérusalem habitera en sécurité ». Cette parole entendue dans la première lecture est bel et bien une « parole de bonheur », une promesse, celle de Dieu et de son projet de voir le monde en paix. Cela est lié, nous le voyons bien chez Jérémie, avec l'éclosion d'un germe nouveau sur la souche de David... c'est-à-dire avec la naissance du Fils de David, Jésus Christ.

Alors n'entrons pas dans l'Avent comme si nous ne savions pas ce qui allait se passer à Noël ! Au contraire ! Fixons notre regard dès avant Noël sur Jésus, sur le Fils de David, le Prince de la Paix. Ne nous préparons pas à Noël comme si c'était une simple fête de fin d'année, c'est déprimant ! Noël, c'est la fête du commencement, c'est la « bonne heure » où commence à s'accomplir le projet de Dieu, le bonheur des hommes. « Voici venir des jours où j'accomplirai la parole de bonheur » « Jérusalem habitera en sécurité ».
Fixons notre regard sur l'origine de toutes ces lumières qui brillent dans nos rues, sur ce Divin Enfant qui dès qu'il ouvre la bouche n'arrête pas de dire « Heureux êtes vous ». Entre parenthèse, j'espère que vous avez appris par cœur les Béatitudes, parce que cette parole de bonheur, ce n'est rien d'autre que les Béatitudes du Christ...
Oui, fixons pendant ce temps de l'Avent notre regard sur Celui qui peut prononcer et réaliser la parole du bonheur, le Christ. S'il nous appelle à rester éveillés, c'est parce qu'il sait que nous sommes tentés de nous mettre sous la couette, bien au chaud dans notre lit, il sait que la nuit, avec ses peurs et ses incertitudes peut nous engloutir, il sait que les soucis de nos vies nous alourdissent et nous empêchent de voir ses signes. S'il nous appelle à rester éveillés, c'est parce que lui il sait, peut-être est-il le seul, que cette promesse de bonheur est en train de s'accomplir... qu'après la nuit vient le jour qui ne finit pas, à travers bien des souffrances, comme une femme qui accouche...

Alors, comment pouvons-nous faire pour rester éveillés quand le sommeil semble victorieux ? L'Evangile nous avertit : pas de beuveries ! Pas d'ivresse ! On sait comment ça finit... Et surtout pas de Red Bull ! C'est très mauvais pour le cœur...
Un seul moyen pour rester éveiller. Rester ensemble ! Veiller les uns sur les autres. Ne jamais rester seul dans son coin. Veiller sur et non pas surveiller ! Se surveiller, c'est semer le mauvais esprit entre nous. Nous devons bien veiller les uns sur les autres ! La bienveillance n'est pas une mollesse pour cathos coincés, encore moins une rêverie pour Français blasés. Elle est « une force » nous dit le Christ, un fruit de l'Esprit Saint qui nous permet de tenir debout quoiqu'il arrive et de pouvoir ainsi réveiller ceux qui dorment, relever ceux qui tombent.

Si pendant ces quatre semaines de l'Avent, nous pouvions bien veiller les uns sur les autres, pour que personne ne sombre dans le sommeil de la mort, la peur et le découragement... Plein d'occasions s'offrent à nous pendant cet Avent : comment bien veiller sur la Création avec la Cop 21, comment bien veiller sur le bien commun avec les élections régionales... Veiller dans la prière, veiller sur sa vie, sur celles des autres...
Dieu vient et avec lui la vie bienheureuse ! Cette vie, elle est venue au monde dans le corps du Christ, dans le corps de ce tout petit enfant couché dans la misérable crèche de Noël. Elle nait aujourd'hui dans le corps de l'Eglise, dans chaque petite communauté de chrétiens qui vivent unis. Elle nait dans chaque Eucharistie, dans cette Eucharistie.
Alors, restons éveillés ! La nuit touche à sa fin. Le Jour vient... Dieu, viens ! Amen

Père Arnaud Franc

Copyright © 2014 La Pastorale Étudiante de Toulouse - Tous droits réservés - Conception graphique espritCréateur.COMM' & développement Nexteo Interactive