ÉTUDIANTS CATHOLIQUES À TOULOUSE

A votre avis, de vous à moi, là juste entre nous, Pierre, Paul, Jacques, juste après avoir pris ce dernier repas avec Jésus, juste après s'être fait laver les pieds, vous croyez qu'ils avaient tout compris à ce qu'il venait de se passer ? Ils devaient quand même se poser quelques questions non ? J'imagine Pierre disant à Jacques:
"Euh Jacques t'a bien entendu comme moi : Jésus tout à l'heure il nous a bien dit : prenez et mangez ceci est mon corps"
"Ouais et alors"
"Et ben t'a mangé son corps ?"
"Ben non, puisqu'il était là juste devant nous"


"Et le morceau de pain qu'il nous a tendu à ce moment là ça avait bien le goût du pain non ?
"Ben, oui je crois.
"Alors t'a compris quelque chose toi ? Pourquoi il nous a dit ceci est mon corps ?"
"Euh ben j'sais pas !'

Avouez quand même que vous aussi parfois il vous arrive de vous demander ce que veut dire cette parole étrange « ceci est mon corps », cette parole que l'Eglise se transmet et répète depuis 2000 ans « je vous ai transmis ce qu'à mon tour j'ai reçu » dit saint Paul à la première communauté des chrétiens de Corinthe.
« Ceci est mon corps »: cette parole que vous entendez a chaque messe, croyez-vous vraiment que c'est le corps du christ ? Pas le corps mort du Christ, pas un morceau de barbaque mais le corps du Christ ressuscité ?
Franchement est-ce que l'Eglise ne se complique pas la vie en s'attachant un peu trop à cette parole de Jésus ? « Ceci est mon corps »: est ce que ça serait pas plus simple de dire une bonne fois pour toute qu'en fait Jésus il a voulu dire « ceci est le symbole de mon corps, c'est pas vraiment mon corps, il faudra que vous l'expliquiez aux Hommes, que vous simplifiez un peu ce que j'ai dit en fait. » En fait Jésus il a voulu dire autre chose que ce qu'il a dit, ah bon mais alors dit comme ça tout s'éclaire !! Mais le problème c'est que Jésus a bien dit « ceci est mon corps » et toi tu te fais l'interprète de ce qu'a dit Jésus, c'est toi qui traduis cette parole qui te semble incompréhensible ou trop dure, mais alors dans ce cas là il y a un paquet de parole de Jésus qu'il va falloir simplifier, adoucir, il y a quelques pages de l'évangile qu'il va falloir expurger :
"Si ton œil te conduit au péché arrache-le", "mais moi je vous dis aimez vos ennemis", ou encore "tends la joue gauche", "pardonne soixante dix fois sept fois", "prends ta croix et suis moi"... Tout ça c'est impossible, c'est juste une manière de parler, non ? Mais alors si tu enlèves tout ce qui te dérange dans l'évangile, si tu enlèves tout ce qui te choque, tout ce que tu ne comprends pas encore, il reste quoi de l'évangile ? Une philosophie gentillette et pas trop dérangeante dont on pourrait faire un best seller ? Une pensée laïque expurgée de tout ce fatras religieux ? Un humanisme plat ? Une spiritualité de comptoir à la Fréderic Lenoir ? Acceptable par tous, qui ne demande aucune exigence, aucune conversion de notre part ? C'est ça l'évangile que tu veux ? Alors arrête toi tout de suite ne va pas plus loin dans le triduum, parce que demain ce sera pire encore, demain le Christ mourra sur la croix : un Dieu qui meurt, ça c'est radicalement impossible, s'il est Dieu, logiquement, il ne peut pas mourir. Alors arrête toi tout de suite ou bien accepte de suivre le Christ aujourd'hui à la Cène, demain à la passion, samedi en sa résurrection.

Pourtant c'est très simple ce qu'a dit jésus : il a dit "ceci est mon corps" : sujet , verbe, attribut, on ne peut faire plus simple comme phrase, Jésus veut rarement nous enfumer, il est simple et direct, alors d'où vient que nous ayons tant de mal à croire cette parole du Christ ? D'où vient que nous voulions l'interpréter ? Je vois au moins trois raisons:
     - la première : Notre manque de foi, de confiance en Jésus Christ. Crois-tu en la parole de Jésus ? C'est d'abord a un acte de foi que nous invite Jésus, exactement comme il y a invité ses disciples ? Est ce que tu crois en moi ? Est ce que tu crois mes paroles ? Est ce que tu es prêt à me suivre ? Et il y en a un paquet qui n'ont pas voulu le suivre, il y en a un paquet qui préfère se fier à eux-mêmes plutôt qu'à Dieu. Un conseil cependant, toi tu peux te tromper, Jésus Christ ne peut ni se tromper, ni te tromper, alors fais lui confiance, quand il te dit "ceci est mon corps", crois-le, suis-le engage-toi par la foi dans cette voie.

     - Mais je vois une deuxième raison : notre prétention à vouloir tout comprendre, « moi je ne crois que ce que je comprends ». Ce désir de comprendre, de connaitre d'approfondir ta foi est bon, car notre foi doit être intelligente, Dieu ne nous demande certainement pas d'être débile et de croire aveuglement des choses débiles. Cependant notre intelligence est limitée, notre intelligence est finie et Dieu est infini, notre intelligence ne pourra jamais tout comprendre de lui, l'enfermer dans les limites de notre raison, il s'y trouverait un peu à l'étroit d'ailleurs, tandis que d'accepter que Dieu nous dépasse sans jamais nous écraser, qu'il dépasse notre intelligence ça ne limite pas notre intelligence bien au contraire, ça la dilate, ça la déploie. C'est un peu comme si depuis ta naissance tu étais enfermé dans une maison sans rien connaitre de ce qu'il y aurait au dehors sans même savoir qu'il y a un dehors et que soudain on t'ouvrait la porte et que tu découvrais le vaste monde, un monde insoupçonné, c'est ça la foi. Ton intelligence était enfermée limitée, la foi lui ouvre des espaces infinis. Tant que tu crois que ce n'est que du pain alors rien d'extraordinaire à ça, ça cadre même plutôt bien avec ce que ta raison pourrait en comprendre, mais si tu acceptes de croire que c'est réellement le corps du Christ alors là c'est un monde qui s'ouvre à toi, c'est Dieu lui même qui se donne à toi. Attention il ne s'agit pas d'être débile et de croire n'importe quoi, il ne s'agit pas par exemple de croire que nous serions anthropophage et mangerions un morceau de la chair morte du Christ, d'ailleurs si c'était le cas il y a longtemps qu'on l'aurait terminé: 75 kg de barbaque à plusieurs milliard, ça fait pas lourd. L'Eglise n'a jamais cru une telle ineptie : la foi nous dit que nous ne communions pas au corps mort du christ, nous recevons son corps ressuscité, son corps vivant pour que nous vivions de sa vie. Nous ne recevons pas un petit morceau du christ, nous recevons tout Jésus Christ, qui se partage sans se diviser, qui ne sait donner rien de moins que lui même, et quand il se donne il donne tout.

     - Enfin il y a une dernière raison qui nous fait reculer, qui nous empêche de croire: c'est l'invitation de Jésus a faire ceci en mémoire de lui, « faites ceci en mémoire de moi », qu'est ce que ça veut dire faites ceci ?
C'est changer ta vie faire ceci.
Faire ceci c'est d'abord célébrer la messe, c'est ce que les communautés chrétiennes ont compris dés le début, preuve en est la communauté de Corinthe à laquelle s'adresse saint Paul. Et depuis 2000 ans pour répondre à l'invitation de Jésus l'Eglise célèbre la messe, l'Eglise redit les mêmes paroles, celle que je redirai tout à l'heure, les paroles que Jésus nous a laissé « ceci est mon corps livré pour vous » et tout.
Mais faire ceci c'est aussi faire ce que Jésus a fait et ça ça pourrait changer toute ta vie radicalement : car faire ceci ce n'est pas seulement pour les prêtres redire la messe, car dans ce cas là nous ne serions pas tous concernés, « faites ceci » c'est faire non seulement ce que Jésus a fait le jeudi saint lors de la Cène « ceci est mon corps livré pour vous » mais c'est ce qu'il fait aussi le vendredi saint sur la croix où il livre son corps pour nous. Et pour toi c'est de ça qu'il s'agit quand tu entends faites ceci en mémoire de moi : ceci, c'est se donner, tout donner, donner sa vie, « car il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu'on aiment » et là aussi, là surtout je comprends que tu hésites, je comprends que tu sois réticent, je comprend que tu n'oses pas trop t'approcher pour recevoir la communion, car communier t'engage, communier ce n'est pas juste s'avancer en touriste dans la file comme tout le monde, communier c'est s'avancer résolument, s'engager à la suite du Christ à te donner. Te donner, est ce bien raisonnable ? A une époque où tout se vend, à une époque où on nous apprends plutôt à être prudent, à garder, calculer, thésauriser, conserver, te donner est ce bien raisonnable ? Non ce n'est pas raisonnable ! Bien sûr que ce n'est pas raisonnable, mais ça n'a jamais été raisonnable de suivre le Christ, ça ne l'était pas il y a 2000 ans, ça ne l'est pas plus aujourd'hui, mais ça tombe bien, Jésus aime les fous.

Alors tout à l'heure quand tu t'avanceras pour communier, et chaque fois que tu communieras, redis au Seigneur qui se donne à toi sous l'apparence de ce petit morceau de pain,
Redis à Jésus qui ne s'est pas livré à moitié,
Redis au Christ qui a tout donné par amour:
"Tu te donnes, je te reçois, alors je me donne et tu me reçois"

Abbé d'Artigue

Copyright © 2014 La Pastorale Étudiante de Toulouse - Tous droits réservés - Conception graphique espritCréateur.COMM' & développement Nexteo Interactive