ÉTUDIANTS CATHOLIQUES À TOULOUSE

Il y a tant de baptisés dans le monde et la violence continue de s'abattre, de sévir. Serait-ce que nous sommes impuissants, que nous ne servons à rien.
Il y a tant de baptisés à Toulouse et si peu de choses de changées, serait-ce que nous sommes inutiles, que nous ne pouvons rien ?
Il y a tant de baptisé dans ta classe, dans ta fac, dans ton quartier et si peu de choses de changées, serait-ce que nous sommes démissionnaires et muets ?
Il y a tant de baptisés dans cette salle et....
Il y a tant de baptisé dans cette salle et y a-t-il quelque chose de changé ?

 

Alors bien sûr tu vas à la messe et c'est bien, tu pries et tu demandes ardemment "Seigneur viens faire cesser cette horreur", et tu demandes à longueur de prière universelle tiédasse "Seigneur viens faire mon boulot" et le Seigneur en colère (même si Dieu ne se met pas en colère, mais il ne doit pas aimer qu'on se moque de lui, que ses fils se moquent de lui) et Dieu te dit "Tu es mon fils bien aimé, en toi j'ai mis tout mon amour", en TOI ! "Et toi qu'est ce que tu en as fait de mon amour ? Tu l'as gardé comme un gérant timide, comme un comptable précautionneux, comme un usurier scrupuleux, tu l'as gardé pour plus tard, pour quand tu en aurais besoin, pour ta femme, pour tes enfants, pour tes potes et tu laisses crever le monde « qui a soif » ? Qui d'autre que toi peux lui donner mon amour, qui d'autre que toi mon fils, ma fille ? C'est à toi que je l'ai donné, c'est en toi que je l'ai déposé, pour que tu en vives, pas pour que tu le gardes, pour que tu le donnes, comme moi."

Car c'est à nous qu'a été donné Jésus Christ au jour de notre baptême, c'est à nous, pas au monde, c'est à nous, baptisés, de lui donner Jésus Christ, de lui annoncer cette bonne nouvelle. Si le monde semble parfois s'enfoncer dans les ténèbres c'est d'abord de notre faute, c'est nous la lumière du monde, c'est d'abord parce que nous ne vivons pas de notre baptême, parce que nous ne rayonnons pas le Christ que le monde s'obscurcit. Ce n'est pas du monde que le Christ, se retire c'est de nous mes frères !!

Ici vous êtes tous baptises ? Et alors est ce qu'il y a une différence entre toi et un gars, ton pote, ton coloc qui n'est pas baptisé ? Aucune ? Rien de changé dans ta vie, rien de différent dans ta manière d'être, de faire la fête, de te comporter avec ta copine, de regarder le plus pauvre ? Ah si tu vas à la messe le dimanche, et quoi d'autre ? Rien ? Alors c'est quoi le baptême : une décoration que tu porterais, une espèce de rite de passage, un moment où tu reçois des cadeaux, un marqueur social ?
C'est quoi le baptême, c'est quoi ton baptême ?
Le baptême c'est l'irruption de Dieu dans ta vie et quand Dieu vient, ça dépote.

Alors bien sûr il y a deux écueils à éviter :
     - croire qu'il faudrait être parfait (ou attendre de l'être) pour être baptisé et du coup attendre que tu vives vraiment en chrétien selon les commandements du Seigneur, que tu les observes tous parfaitement, scrupuleusement, que tu sois "conforme" pour demander le baptême. C'est un gars un jour qui me disait ça:
"Ben ouais Padre, je peux pas demander le baptême quand je vois ma vie, je suis à des années lumières de l'Evangile". C'est faire une grave erreur et croire que tu pourrais devenir meilleur sans Dieu, sans l'aide de Dieu, sans la grâce de Dieu "sans moi vous ne pouvez rien faire" les gars, rien ! Alors ne te débats pas seul, si tu aimes Jésus Christ, demande lui son aide, demande lui le baptême.

     - Le deuxième écueil c'est de se croire parfait ou en tout cas meilleur parce que tu serais baptisé. Tu sais ce reproche qu'on te fait si souvent, qu'on fait si souvent aux catholiques : "ouais tu vas pieusement à la messe tous les dimanche, tu fais ta prière tous les soirs, mais bon en soirée t'es comme nous, pour faire la langue de pute t'es comme nous alors... ", et c'est vrai que bien souvent nous ne valons pas mieux que les autres et nous le savons si bien qu'au début de chaque messe nous commençons par nous reconnaitre pécheurs. Le baptême ne nous rend pas parfait, il nous rend humble et ambitieux : l'ambition de Dieu pour toi, celle d'être saint.

Mais alors c'est quoi le baptême ?
Le baptême c'est une soif, c'est un don, c'est un risque, et c'est une mission.

Une soif : "Vous tous qui avez soif, venez, voici de l'eau ! Pourquoi dépenser votre argent pour ce qui ne nourrit pas, vous fatiguer pour ce qui ne rassasie pas ?". Le désir de Dieu est inscris dans le cœur de tout Homme, car l'Homme est fait pour Dieu et pour rien de moins. Tu peux aimer le rugby, mais jamais il ne te comblera, ça me coute de vous le dire mais tu n'es pas fait pour l'amour du stade toulousain et si tu y mets ton cœur, tu seras déçu (surtout depuis trois saison) et que les toulonnais et les clermontois de l'assemblée ne croient pas le contraire. Alors si tu as soif de plus, si tu as soif d'autre chose, approche toi de Dieu. Le cœur de l'Homme est fait pour Lui et Dieu veut se donner...

Car le baptême est un don: une grâce de son amour. S'entendre dire au jour de son baptême "tu es mon fils et je t'aime", tu ne mérites pas ce don, mais Dieu te le fait gratuitement, simplement parce que tu le demandes, parce que tu le désires. Savoir que Dieu t'aime devrait suffire à combler ta vie. Alors bien sûr toi-même après avoir été baptisé tu peux dire au Seigneur "Moi je ne t'aime pas ou je ne t'aime plus", tu peux renier ton baptême, renier ton amour mais tu ne pourras jamais faire que Dieu ne t'aime pas, ses dons sont sans repentance, ce qu'il donne, il ne le reprend pas, car Dieu ne sait que donner. Et même si tu le rejettes, même si tu l'as rejeté un jour, il se tient auprès de toi, discrètement, il a posé sa main sur ton épaule et il ne t'abandonnera jamais car "il est riche en miséricorde".

Mais le baptême est aussi un risque: le risque de prendre au sérieux la parole que Dieu t'adresse plus que celle de Gala ou de Closer, le risque de croire que l'amour est plus fort que la haine, le risque du pardon, le risque de la pauvreté d'une vie simple, le risque d'être moqué, le risque de vivre à contre courant.. Oui le baptême est un risque, le risque de prendre feu au contact du Seigneur, le risque d'attraper la sainteté et ce risque là... nous voulons le courir.

Enfin le baptême est une mission : il ne t'est pas donné pour t'engraisser et finir mou et repu sur un banc d'église en catholique satisfait de lui, il ne t'est pas donné pour te la péter, "Eh les gars moi je suis baptisé", il t'est donné pour renouveler la face de la terre tout comme Dieu a renouvelé la face de ton cœur. Il t'est donné pour mettre le feu au monde, il t'est donné pour annoncer à tes frères que si tu es aimé de Dieu, ils le sont aussi.

Par le baptême le Christ t'a renouvelé de fond en comble, c'est sa grâce qui est première bien entendu. Mais tu dois être digne de sa grâce. Parce que tu es disciples de Jésus Christ, tu dois être différent: attention ce n'est pas toi qui fait la différence, c'est Dieu qui fait la différence en toi, comme dit saint Paul "Ce n'est pas moi qui vit, c'est le Christ qui vit en moi". Saint Paul le dit mais chacun de nous devrions pouvoir le dire depuis le jour de notre baptême.
Parce que tu es chrétien, parce que tu es baptisé, il doit y avoir quelque chose de changé en toi et autour de toi, dans le monde. Alors bien sûr si tu veux que rien ne changes tu t'es trompé de Dieu, et tu t'es trompé de lieu: si tu veux que rien ne change alors rejoins la cohorte des conservateurs, des vieux, des habitués, des sclérosés, des immobiles, et surtout ferme ta bible, oublie ton baptême et sort de cette église.
Mais si tu es prêt à ce que tout change, toi le premier (et c'est ça qu'on appelle la conversion) alors tu es au bon endroit car ne croit pas que tout soit joué au jour du baptême, le baptême c'est le tout début de l'aventure, c'est le germe de la sainteté, le début du feu, tu sais, quand il n'y a encore qu'une petite flamme fragile: il te faut alimenter ce feu avec le bois de la prière et de la parole de Dieu, les buches des sacrements (de la communion et de la confession surtout) et tu verras que ton feu deviendra un brasier immense.
Si tu es baptisé mon frère, ma sœur,
Si tu es baptisé et que tu veux vivre de cette grâce un peu plus chaque jour,
Si tu crois que Jésus Christ habite en toi et si tu veux que tout en toi lui appartienne,
Si tu crois qu'il t'a remplit de son amour,
Alors tu as déjà changé,
Alors dans notre monde il doit y avoir quelque chose de changé,
Alors autour de toi il va y avoir quelque chose de changé.
C'est Dieu qui te le dit:
"Mon fils, ma fille, qui d'autre que toi en qui j'ai mis tout mon amour,
mon fils qui d'autre que toi dira au monde que je l'aime,
ma fille qui d'autre que toi donnera aux Hommes mon amour ?"

Abbé d'Artigue

 

Copyright © 2014 La Pastorale Étudiante de Toulouse - Tous droits réservés - Conception graphique espritCréateur.COMM' & développement Nexteo Interactive