ÉTUDIANTS CATHOLIQUES À TOULOUSE

Une longue soirée d'adieu...
N'est-ce pas ainsi qu'on peut décrire le temps de la vie étudiante entre mi-mai et mi-juin ? Dès les examens passés, retrouvons-nous...
A quoi vont ressembler ces soirées ? Que vas-tu y vivre ? ... Une parenthèse ? Un élan nouveau ?


Vos routes vont bientôt se séparer. Ce sera donc pour passer du bon temps : se tenir ensemble, rire, se regarder, prendre des photos, se parler. Ah, je te plains si l'alcool vient tout noyer, tout emporter, désorienter.
Quand j'étais étudiant, au temps des dinosaures, nous nous étions promis : « rendez-vous dans dix ans » ... même jour, même heure. Et vous, que vous promettez-vous ?
Quelle joie, quelle profondeur quand la fête est habitée de paroles vraies, de relations gratuites, de regards et de gestes respectueux...
N'est-ce pas ce que nous avons à offrir en tant que chrétien ? Donner du poids à nos amitiés d'aujourd'hui.

Que me dit l'Evangile ? Quand tu fais une fête, invite des gens différents de toi, même les boulets, les étrangers, ceux qui ne pourront rien te rendre en échange...
L'Evangile de ce dimanche nous racontait la soirée d'adieu de Jésus d'avec ses disciples. La plus belle et la plus intense des soirées.
Jésus va relier passé, présent et avenir en quelques gestes et paroles. Nous les revivrons tout à l'heure.
Ce que j'aime chez Jésus, c'est qu'il réunit les siens avant la séparation. Il les rassemble pour leur parler quand vient l'heure de l'épreuve.

Cette épreuve, il la rattache à la grande histoire de son peuple. Celle du peuple d'Israël. La veille de leur départ, de leur traversée du désert, les Hébreux avaient mangé à la hâte, sans que la pâte du pain ait le temps de lever. Jésus repart de ce geste. Ce pain, c'était leur corps livré à l'aventure du désert, préféré à la vie d'esclave en Egypte. Oui, ce pain et ce vin auront toujours le goût de l'aventure. Ils étaient éprouvés mais Dieu était avec eux.
Voilà pour le passé. Désormais Jésus se place même en avant d'eux, Il est l'agneau de Dieu qui va porter le péché du monde.
Il leur parle en ce dîner d'adieu. Il les rassure, mais aussi il les met en responsabilité.
« Nous ne savons pas où tu vas, comment saurons-nous le chemin ? »
Vous le reconnaîtrez quand vous servirez vos frères, quand vous partagerez pain et vin de l'eucharistie en mon nom. Quand vous vous pardonnerez à cause de moi.
En agissant ainsi, comme moi, vous serez en Dieu. Comme moi, je suis dans le Père et le Père est en moi.
C'est déjà l'avenir. « Moi, je suis le chemin, la vérité et la vie... »
Ne laissons pas la tristesse d'un départ, un examen raté ou une déception sur nous-mêmes prendre le dessus sur la Bonne Nouvelle. Croyons-nous en la résurrection oui ou non ?
Comme nous y invitait la seconde lecture, soyons des pierres vivantes qui servent à construire le temple spirituel des relations étudiantes.

Et comment mieux construire qu'en exposant notre espérance à être dynamisée par des projets collectifs de grande envergure. Dans une semaine, le 25 mai, ce seront les élections européennes. N'est-ce pas là une maison commune à bâtir ensemble ?
N'y sommes-nous pas appelés à y devenir des pierres vivantes ? Ce fut le choix d'hommes politiques chrétiens fondateurs de l'Europe dont certains seront bientôt reconnus saints...
Les évêques nous enjoignent à voter. Au-delà des déviances à corriger, les chrétiens sont des collaborateurs naturels quand il y a de la vie à bâtir.

Bref, si vous sortez samedi prochain pour une soirée d'adieu, pensez dimanche en vous levant à aller voter, avant de venir à la messe...

 

Père Samson

Copyright © 2014 La Pastorale Étudiante de Toulouse - Tous droits réservés - Conception graphique espritCréateur.COMM' & développement Nexteo Interactive