ÉTUDIANTS CATHOLIQUES À TOULOUSE

« Cette maladie ne conduit pas à la mort, elle est pour la gloire de Dieu ». Euh ? Y aurait pas une erreur là, Jésus ?

Parce que justement cette maladie elle a conduit Lazare à la mort ! Et il est bel et bien mort, la preuve c'est que 4 jours après il sentait. Et puis c'est pas ça la gloire ! Non, la gloire c'est... La gloire ! C'est de s'asseoir un jour sur le trône de fer, le trône de Westheros, c'est de mettre à ses pieds les 7 familles... La gloire, pour les irlandais du Munster c'est quand ils foutent une tannée au grand stade toulousain (c'est bon eux ils ont réussit leur HCup, même s'ils sont éliminés en demi, ils tiennent leur gloire.) La gloire c'est quand tu te fais arrêter par la maréchaussée dans la rue et qu'ils ne te demandent pas tes papiers mais un autographe ou un selfie. La gloire c'est Rihanna entourée de 30 danseurs sur la scène, c'est Stromae avec 40000 fans hystériques qui braillent plus fort que la sono, c'est (un truc qu'on verra jamais) les français faire deux grands matchs de rugby d'affilée, c'est Dussautoir brandir la HCup au balcon du capitole... En 2015.
Normalement la gloire, ça va avec la puissance, la richesse et la beauté, c'est un truc de star. La gloire c'est quand tu as tout ce que tu veux, que les gens se retournent sur toi dans la rue, c'est ça la gloire ! En tout cas une chose est sur c'est que la gloire c'est pas de laisser mourir ton ami.

Et nous au contraire, dans l'Evangile qu'est ce qu'on a ? On a Jésus qui chiale comme une collégienne devant "raisons et sentiments", vous parlez de la gloire ! On a un tombeau et un maccabé qui renacle depuis 4 jours, c'est ça la gloire ?
On a Marthe et Marie qui râlent comme des putois contre Jésus, c'est ça la gloire ?
Non, c'est pas ça la gloire. Ca c'est ce qui prépare la gloire ! Ça c'est l'avant-goût de la gloire : Les larmes de Jésus c'est l'Amour qui attend d'éclater, de se répandre. La prière de Marthe « mais je sais que Dieu t'accordera tout ce que tu lui demanderas », c'est la Foi qui demande, la foi confiante et invincible. La prosternation, le reproche de Marie « Seigneur si tu avais été là, mon frère ne serait pas mort », c'est l'Espérance qui attend tout, l'Espérance même quand tout semble perdu. Tout est là pour qu'éclate la gloire de Dieu: la charité qui ne demande qu'à se répandre, la foi qui demande avec ardeur et l'espérance qui attend en sachant qu'elle sera exaucée bien au-delà de sa demande. Tout est là !
Même la mort, même la mort puante ! La mort qui commence à décomposer, la mort qui paralyse, même la mort est là et elle aussi servira à ce qu'éclate la gloire de Dieu.
Et Jésus d'insister : « ne te l'ai-je pas dit, si tu crois tu verras la gloire de Dieu ». Et la gloire éclate dans la voix de Jésus, la gloire éclate quand Jésus s'approche de la mort: « Lazare viens dehors » et Lazare sort du tombeau ! C'est ça la gloire de Dieu !
La gloire de Dieu, c'est quand la mort recule.
La gloire de Dieu, c'est la victoire de la vie sur la mort.
La gloire de Dieu, c'est quand le péché tremble et vacille.
La gloire de Dieu, c'est l'Homme libre.
La gloire de Dieu, c'est l'Homme debout.

Et là vous vous dites que c'est vraiment du cinéma. Il a fini de s'exciter le curé, parce que la mort elle est pas morte et on y passera tous! La mort elle est bien vivante. Mais surtout vous vous dites "en quoi est ce que ça me concerne ?. Moi je suis pas Lazare, Jésus il est pas là pour me faire sortir du tombeau et enfin j'ai bien le temps de penser à la mort, je suis jeune c'est bon, j'ai une vie à vivre !".
C'est vrai t'as une vie à vivre, c'est ce que Dieu te dit depuis toujours. Notre Dieu est le Seigneur de la vie, c'est lui qui insuffle son Esprit de vie dans les narines d'Adam : pour qu'il vive. C'est lui qui crie par la bouche d'Ezechiel : « je mettrai en vous mon Esprit et vous vivrez ». C'est lui qui met sur les lèvres de saint Paul « l'Esprit est votre vie » pour que tu vives. Pour que tu vives, pour que tu luttes contres toutes les morts, contre toute la culture de mort, pour que la vie de Dieu soit ta vie, pour que sa vie coule dans tes veines. Sa vie, celle que tu as reçue au baptême (ou que tu recevras dans deux semaines, patience).
Parce que si on t'a dit que la vie c'était une bière, un canapé et de rester comme une huître devant ta télé : on t'a menti.
Si on t'a dit que la vie c'était une belle carrière et un salaire ronflant, on t'a menti.
Si on t'a dit que la vie c'était la tranquillité et le confort, on t'a menti.
Si on t'a dit que la vie c'était de zapper, on t'a menti.
Si on t'a dit que la vie c'était de tout essayer avant de s'engager, on t'a menti.
Si on t'a dit que la vie s'était prendre et jeter, on t'a menti.
Si on t'a dit libère-toi, libère toi des tabous, et toi obéissant tu t'en est libéré, mais au fond tu te sens pas libre, il reste quelque chose en toi dont tu ne t'es pas débarrassé, quelque chose dont tu n'arrives pas à te débarrasser : ton péché qui t'empoisonne.
Tu sais cette haine, cette rancune, cette jalousie, cette suffisance, cette peur, cet orgueil, cette fourberie, cette fausseté, cette impureté, ce mensonge, cette critique systématique, l'incapacité à voir le meilleur, cette mort qui te tient liée et qui te pourrit la vie, qui te tue à petit feu... Parce que c'est pas ça la vie, peut-être juste de la survie ! Attendre la fin, c'est pas la vie ça, ça serait même un peu la mort, une mort lente, comme si la vie allait decrescendo de la naissance vers la mort, ça commence toujours bien et ça finit toujours mal, une lente décrépitude, inexorable.

Jésus te dit: c'est pas ça la vie, avec moi la vie c'est toujours plus de vie ! Ça commence bien et ça ne finit pas. C'est aller crescendo, la vie c'est davantage. C'est aller vers la vie qui n'a pas de fin, la vie éternelle.
Alors écoute le Christ qui te dit : « laisse moi te libérer de la mort du péché ».
Regarde les larmes de Jésus, les larmes du Christ qui t'aime et qui a donné sa vie pour toi. Ecoute jésus qui crie d'une voix forte à l'entrée de la tombe : « déliez-le et laisser-le aller ». Il se tient ce soir devant ta tombe, devant ce qui est mort en toi.
Écoute le crier, reconnais ta misère, laisse-le t'aimer, laisse-le te relever de ton péché, de cette puanteur qui risque d'envahir ta vie, de te nécroser, de tuer le meilleur en toi.
C'est ça la gloire de Dieu, c'est l'Homme debout. La gloire de Dieu c'est toi, debout, pour le suivre.

Amen

Abbé d'Artigue

Copyright © 2014 La Pastorale Étudiante de Toulouse - Tous droits réservés - Conception graphique espritCréateur.COMM' & développement Nexteo Interactive