ÉTUDIANTS CATHOLIQUES À TOULOUSE

Comme dans l'Évangile un roi mage, un des trois rois mage qui avance péniblement dans le désert, la tête dans les étoiles, il se dépêche, il titube, il tire son pauvre chameau.
Comme dans l'Evangile l'étoile le guide.
Comme dans l'Evangile, il finit par arriver à Bethléem.
Comme dans l'Evangile, l'étoile s'arrête au dessus de la crèche.


Comme dans l'Evangile, il entre et là il trouve l'enfant Jésus dans une mangeoire et c'est là qu'on quitte l'Evangile et que nous entrons dans le monde merveilleux de... Canal plus ! Ben oui, tu l'as peut être vu cette pub pour canal plus.. Et le film continue et Balthazar trouve bien l'enfant Jésus dans la crèche mais il est seul abandonné, personne d'autre dans la pièce, ni Marie, ni Joseph, ni le bœuf ni l'âne ni les deux autres rois mages. Personne, l'enfant seul ; alors le roi mage aperçoit une porte entrouverte au fond de la pièce, il entend du bruit, il pousse la porte et là il trouve tout son petit monde à genoux réuni autour de la télé, en train de regarder canal plus, complètement fascinés par la champions league, adorant "Taken", "Tunnel" ou "Amour" et vénérant "Mad men" saison 6.
Bon bien sûr c'est une parodie, rien de grave, on va quand même pas commencer à crier au blasphème, au scandale, on va pas alerter la ligue des droits de l'Homme et Caroline Fourest, non c'est même plutôt bien fait, on peut en sourire.
On peu en sourire mais on peut aussi s'en inquiéter: finalement est ce que ce n'est pas assez vrai cette parodie ? Finalement est ce que toi aussi tu ne ressembles pas un peu à ce roi mage paumé, quand dans ta chambre tu vois ta Bible ouverte et ton PC avec l'intégrale de "game of throne", est ce que tu laisses pas tranquillement ta Bible toute seule dans soncoin pour te faire, allez juste une saison, 10 épisodes, c'est quoi dix épisodes hein ? Est ce que dans nos vies la télévision, et autres écrans n'ont pas pris la place de Dieu, combien de temps passes-tu devant un écran et combien de temps passes-tu avec Dieu chaque jour ? Combien de temps perdu passes-tu devant internet et combien de temps perds-tu avec ton Dieu ?
L'épiphanie c'est la fête de la vérification de la place de Dieu dans nos vies.
Il y aura toujours dans nos vies ce choix à faire entre Dieu et les idoles, entre le vrai Dieu et les faux dieux, la multitude de petits faux dieux, tout ceux qui te font de l'œil, tout ceux qui te proposent une promo pour t'attirer à eux pour te captiver ou te capturer, (19,90 euros par mois !! Enfin écrit en tout petit, il y a marqué que c'est juste bon pour les trois premiers mois, ensuite tu vas douiller !).
Et bien la pub de Canal plus a quelque chose de franc, de direct : « il te faut choisir » : le roi mage a choisi de se poser devant la télé et de s'abrutir, alors qu'il était venu pour adorer le roi.
Alors qu'il avait suivi l'étoile cette étoile qui l'a conduit au bon endroit, il avait fait tout ce voyage pour se laisser détourner au dernier moment: mais c'est comme toi, à tout instant et jusqu'au dernier moment tu peux te laisser détourner de la vérité qui s'offre à toi.
Car c'est bien de cela qu'il s'agit, de l'idolâtrie, celle que dénoncent les prophètes à longueur d'Ancien Testament, cette idolâtrie qui nous guette tous dès que nous nous éloignons de Dieu, dés que nous nous éloignons de Jésus Christ en qui Dieu s'est fait tout proche de nous, dès que nous choisissons un autre roi, dès que nous nous trompons d'agenouillement.
Cet enfant, dans la pauvreté de sa mangeoire, dans la pauvreté de ses langes t'offrent bien plus de richesse que toutes les autres promesses et lui, il tient sa promesse, celle de te libérer, celle de te sauver. Oui mais tu me diras que le salut c'est trop lointain, c'est pour l'au-delà, ca t'intéresse pas toi à 20 ans d'être sauvé, sauf que pour toi le salut aujourd'hui il s'appelle "libération. Le salut c'est d'abord une libération, le Christ est venu pour nous libérer de toute ces illusions grotesques, de toute ces étoiles qui brillent mais qui ne sont pas de l'or, qui brillent et nous mènent vers des pièges, de tout ces petits tyrans qui cherchent à te rendre dépendant, à t'enchainer. Je ne sais pas quelles sont tes chaines, mais ce que je sais c'est que le Christ t'en libère et pour qu'il le fasse il faut que tu le reconnaisses comme le seul vrai Dieu, comme ton Dieu, il faut que tu t'agenouilles devant lui, il faut que comme les mages tu le reconnaisses comme ton roi. Il faut que tu l'aimes lui plus que ton tyran domestique, ton portable, ton disque dur truffés de film, ton internet et ses sites pourris, ta carrière, ton ambition dévorante...

Comme les mages, comme les bergers agenouille-toi et adore.
Ta mère a du te le dire mille fois quand tu lui disais « maman, j'adore le chocolat et le stade toulousain » (d'ailleurs prie pour eux parce que ce soir, ça va être chaud !), elle te répondait "On n'adore que Dieu !". Et ta mère avait raison, on n'adore que Dieu parce que lui seul est digne d'adoration, (non mais tu te vois à genoux devant une tablette de chocolat ou un pot de Nutella ?). Tout le reste ce ne sont que des créatures, des créatures fascinantes peut-être, mais décevantes et épuisantes, des créatures qui ne te combleront pas.
Agenouille-toi devant Dieu et cet agenouillement, l'agenouillement d'un Homme libre te gardera de ne t'agenouiller devant rien ni personne d'autre : ni l'argent, ni le pouvoir, ni le puissant qui pourrait t'obtenir un avantage, une promotion. Ne t'agenouille devant rien ni personne, ne t'agenouille que devant ton Dieu, car il est beau cet agenouillement d'Homme libre.
Choisi celui devant qui tu te mets à genoux.
Et si tu t'agenouilles à la messe chaque dimanche, c'est pas juste pour faire un exercice de souplesse, c'est pas non plus pour faire plus tradi et impressionner ton voisin (ou si c'est le cas, malheur à toi pharisien hypocrite), si tu te mets à genoux c'est parce que c'est Jésus Christ qui se donne à toi sous l'apparence du pain, comme il se donnait aux mage dans la mangeoire à Bethléem (la maison du pain).
Si tu t'agenouilles à la messe c'est parce qu'un catholique ne plie le genou que devant Dieu.
Et que dans quelques instants sur cet autel Dieu à nouveau sera présent,
Que là encore il se donnera,
Qu'ici encore il te libèrera,
Qu'aujourd'hui encore il t'enrichira.

Abbé d'Artigue

Copyright © 2014 La Pastorale Étudiante de Toulouse - Tous droits réservés - Conception graphique espritCréateur.COMM' & développement Nexteo Interactive