ÉTUDIANTS CATHOLIQUES À TOULOUSE

« Engeance de vipères ! Qui vous a appris à fuir la colère qui vient ? » Il s'agit d'un cri au cœur du désert: « Engeance de vipère ! Engeance du serpent de la genèse, engeance du mal » ! « Jour de colère »...


En ce temps de l'Avent, nous attendons l'aube qui vient... mais pour Jean-Baptiste, cette aube est rouge... voici venue l'heure du sang... le jour de la colère.
Est-ce alors que Jean-Baptiste est un pauvre type qui n'a rien compris à l'Evangile ? Un attardé de l'Ancien Testament qui croit encore à la vengeance de Dieu et non à l'amour ? Allons donc ! Ne nous y trompons pas. Jésus lui-même nous met en garde... (Mt 11, 8) "Qu'êtes-vous allés voir au désert ?" Que sommes-nous venus écouter ce matin dans l'Evangile ? Un roseau agité par le vent? Un fou ? Qu'êtes-vous donc allés voir ? Un fou ou un prophète ? Oui, nous dit Jésus, un prophète et plus qu'un prophète. « Je vous le dis en vérité, parmi ceux qui sont nés de femmes, il n'en a point paru de plus grand que Jean-Baptiste ».
Peut-être n'est-ce pas Jean-Baptiste qui se trompe sur la colère de Dieu... peut-être est-ce nous qui nous trompons quand nous faisons de Jésus un gentil monsieur peace and cool... un peu le roi des bisounours.
Jean-Baptiste porte la colère de Dieu. Cette colère de Dieu qui traverse tous les âges. « La colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes contre les hommes qui retiennent injustement la vérité captive », Rm 1, 18
La colère de Dieu est celle de l'amour qui ne se résigne pas au mal. Celui qui n'aime pas de toutes ses forces, celui qui ne désire pas vraiment n'est jamais en colère. De la même manière, la colère de Jean-Baptiste est à la mesure de son amour pour le Seigneur, de son amour pour les Hommes... Le zèle de la maison de Dieu est son tourment.
Cette colère peut être la notre... mais comment l'exprimerons-nous ? Il y a une tentation. Nous battrons-nous pour tuer les meurtriers, pour blesser ceux qui nous ont blessé ?
Karol Wojtila, au cœur de la 2° guerre mondiale devant la mort de ses amis Victor et Christina a envisagé de vivre par l'épée. Son maître spirituel, Ian Tiranovski ne cessait de lui rappeler ces paroles du Christ : "Celui qui vit par l'épée périra par l'épée" et il ajoutait : Les nazis vont disparaître, parce que le Mal se dévore lui-même... mais ... mais si l'amour est vaincu, alors les nazis reviendront bientôt sous une autre forme...
Vivons la colère avec cette certitude : « ce n'est pas la mort du méchant que je désire mais qu'il se convertisse » (Ez 18). Le sommet de la colère de Dieu c'est la Croix. Le jugement de Dieu c'est le cœur transpercé d'où jaillit la miséricorde. Le cri, c'est le silence de la passion : « Je t'aime !! Vas-tu enfin le comprendre ???!! »
Un kamikase donne sa mort pour donner la mort ? La réponse est celle du martyr qui donne sa vie pour donner la vie. Il y a de la violence ? Ta colère t'appelle à devenir un saint : Sois un instrument de Dieu dans ce monde. Il y a de la pauvreté et de la souffrance ? Ta colère t'appelle à aimer plus. Sois reflet de la vraie charité dans ce monde. Il y a le rouleau compresseur de la mondialisation ? Ta colère t'appelle à tout attendre de Dieu. Sois une porte d'entrée de sa puissance dans ce monde
Aujourd'hui, devant saint Jean-Baptiste, devant cet homme de colère, en réponse, j'aurais voulu vous inviter à nouveaux frais à l'adoration perpétuelle de saint Jérome. Vivre cette adoration à la manière de Jean-Baptiste. Du cœur de ce monde dans toutes ces fragilités, du cœur de la colère de Dieu, supplier pour l'avènement du Christ, dans notre vie, pour nos amis, pour cette ville de Toulouse... supplier, pour que, comme le dit saint Jean-Baptiste, Jésus croisse et que nous diminuions.
Le Christ nous l'a promis, notre colère et la tristesse qui l'accompagnent se changeront en joie, car en fréquentant ainsi Jésus nous deviendrons ses amis, et l'ami de l'époux se réjouit à la vue de l'époux et sa joie est parfaite...
Alors après cette heure, cette heure de colère, de supplication et de joie, alors, nous pourrons sortir pour montrer au monde comme saint Jean-Baptiste il y a 2000 ans : voici l'agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.
C'est l'esprit de Force qui nous fait entrer dans la juste colère. C'est l'esprit de Sagesse qui nous donne l'abandon au Seigneur comme réponse. Et c'est l'esprit de crainte et de connaissance du Seigneur qui nous donne de voir l'accomplissement de l'antique promesse :
Le loup habitera avec l'agneau, le léopard se couchera près du chevreau, le veau et le lionceau seront nourris ensemble, un petit garçon les conduira.
La vache et l'ourse auront même pâturage, leurs petits auront même gîte. Le lion, comme le bœuf, mangera du fourrage.
Le nourrisson s'amusera sur le nid du cobra, sur le trou de la vipère l'enfant étendra la main.
Il ne se fera plus rien de mauvais ni de corrompu sur ma montagne sainte; car la connaissance du Seigneur remplira le pays comme les eaux recouvrent le fond de la mer.

Père de Leffe

 

Copyright © 2014 La Pastorale Étudiante de Toulouse - Tous droits réservés - Conception graphique espritCréateur.COMM' & développement Nexteo Interactive